Le jour où je suis partie

22 janv. 2018





« C’est là-bas que je dois aller. À Rabat. Pour fuir ce mariage dont je ne veux pas. Pour rejoindre ces femmes, et marcher à leurs côtés en mémoire de mon amie. »

Tidir rêve de liberté. Courageuse et déterminée, elle quitte son petit village près de Marrakech pour participer à la marche des femmes à Rabat. Au cours de son périple, la jeune femme doit faire face au mépris des gens et apprend à assumer son statut de femme libre.



• • • • •
Le jour où je suis partie de Charlotte Bousquet
Éditions Flammarion, 2017 - 192 pages - 13€


✖ : /

 : Un voyage initiatique, qui fait réfléchir.
Un récit pour faire évoluer les mentalités.
Faire tout ce chemin au côté de Tidir.
La plume de l'autrice.


Merci aux éditions Flammarion pour cet envoi. Charlotte Bousquet est une autrice dont j'ai découvert et apprécié la plume à travers Tant d'étoiles dans la nuit (chez Rageot) et Bulles & blues (chez Gulf Stream). Ses romans Là où tombent les anges et Sang-de-lune ont également pas mal tourné sur la blogo, il y a quelques années.

Le jour où je suis partie m'a donné la possibilité de (re)découvrir un bout du monde et tout un combat (qui est clairement d'actualité). Un récit intéressant, instructif et enrichissant. Tidir est attachante et la suivre dans son voyage, dans son envie d'autre chose, de plus, de différent est indubitablement prenant. Proche de sa grande-tante, Damya, celle-ci ne peut cependant pas intervenir pour empêcher un mariage dont Tidir ne veut pas. Reste la fuite, direction Rabat, où aura lieu, le 8 mars, la marche des femmes. Un mouvement, une force, des convictions. Un groupe de femmes (et d'hommes), leurs idées, leurs rêves. Pour la liberté et l'indépendance, une vie plus sûre, des traditions qui évoluent.
"Je me bats avec les armes que Damya m'a données, je me bats avec ma tristesse, ma rage, ma soif d'indépendance, pour moi, pour toutes les autres. Pour Illi."
J'ai apprécié suivre les pensées de Tidir. Voir qu'elle sait aussi remettre en question ses propres préjugés, faire évoluer son avis et ses ressentis. Elle apprend également à s'affirmer, ne plus avoir peur du regard des autres. Au fil du voyage, nous en apprenons plus sur ce qui est arrivé à Illi, sa meilleure amie. Un événement marquant et déterminant dans son choix de s'imposer et se faire entendre. Il est touchant de voir Tidir évoluer sous nos yeux. Dès qu'elle flanche un peu, qu'elle doute, on a envie de lui envoyer toute notre force, de lui dire qu'elle a raison d'avancer la tête haute, de se battre pour la liberté et la justice, pour l'égalité. Même le regard de la jeune femme sur la couverture nous montre ce mélange de détermination, d'appréhension, de fragilité et de force qui va animer Tidir durant son périple.

Une rencontre qu'elle fait apporte une discussion sur les différences qu'il existe entre les pays sur les droits des femmes. Quand notre façon de nous habiller ou nous comporter sert à nous juger coupable d'une agression, quand un violeur peut épouser sa victime, quand la permission d'un homme est indispensable, etc. Certains discours sont révoltants, difficiles à attendre. Voilà pourquoi ce roman est intéressant. Il parle de combat qui nous touche tous, que nous venions de France (tout n'est pas fait, mais nous avons de la chance) ou du Maroc. Bien évidemment, l'autrice met les conditions de vie au bled en avant, avec Tidir. Et, grâce au parcours de cette dernière, aux rencontres qu'elle fait, à l'éducation qu'elle a eu, aux conseils de sa grande-tante, nous appréhendons mieux le "poids" de son choix, son importance.

Un voyage initiatique, où les rencontres faites en chemin comptent autant que la destination. C'est un roman optimiste, malgré les combats à mener. Savoir que le mouvement est lancée, que des gens se battent, tout faire pour que les choses évoluent. Je trouve importante et intelligente la manière dont l'autrice a amené l'histoire, en remettant en question bon nombre de choses. La hargne se ressent, tout comme la détermination et l'envie de voir les choses bouger.


En quelques mots...
Maroc | Rabat | Indépendance | Droits des femmes | Rencontres | Évolution

Charlie

21 janv. 2018






Un homme et une femme font l’objet d’une expérience scientifique ultra-secrète du gouvernement américain sur les pouvoirs psychiques. Tout a été prévu, sauf que cet homme et cette femme auraient un an plus tard une fille : Charlie… Elle a huit ans, elle peut anéantir le monde ; il lui suffit de vouloir… Le pouvoir envoûtant d’un des plus grands romans de Stephen King, le génie de l’épouvante.



• • • • •
Charlie de Stephen King
Titre original : Firestarter - Traduit par F. M. Lennox
Editions France Loisirs, 1985 - 436 pages



✖ : L'histoire reste parfois très, trop, calme.

 : Une histoire sympathique à suivre.
Avec deux personnages principaux attachants.
L'envie de savoir comment ça va se finir pour eux.


Depuis quelques années, lire un Stephen King régulièrement est devenu une habitude. Il faut dire que ses livres sont nombreux dans ma pile à lire... À force, je me penche vers les "un peu moins connu", ceux dont je ne connais rien de l'histoire. Alors, cette fois, mon choix s'est porté sur Charlie, dont le résumé m'a fait penser à la série télévisée Believe.

Dès les premières pages, nous sommes embarqués dans la fuite de la petite Charlie et de son père, Andy McGee. Celui-ci est épuisé et essaie de les mettre à l'abri des occupants de la voiture verte qui les pourchasse. Grâce à des flashbacks, nous sommes plongés dans le passé et découvrons comment tout a commencé. L'expérience organisée par la Boîte, le Docteur Wanless, la rencontre d'Andy et Vicky, etc. Au fur et à mesure, toute l'histoire nous est dévoilée.
"Il se dirigea vers la porte en s'appuyant sur sa canne - un vieil homme qui avait un jour ouvert la boîte de Pandore et voulait à présent détruire tout ce qui en était sorti, au lieu de s'en servir."
Ce n'est pas le King le plus dingue ou prenant que j'ai lu, encore moins le plus flippant ou dérangeant. Néanmoins, il fut sympathique à lire. Charlie et son papa sont des personnages attachants et l'envie est là de savoir ce qu'il va leur arriver. Vont-ils passer leur vie à fuir ? La Boîte va t'elle leur mettre la main dessus ? La relation père-fille est touchante et forte. Charlie se méfie du pouvoir qu'elle sent en elle, qu'elle a tant de mal à contrôler et qu'elle redoute d'aimer...

Ce livre a été adapté en film, en 1984, avec Drew Barrymore dans le rôle de Charlie.


En quelques mots...
Expérience | Pouvoirs | Couple | Enfant | Fuite | Pyrokinésie

Contes des particuliers

18 janv. 2018


Contes des particuliers de Ransom Riggs
Titre original : Tales of the Peculiar - Illustrations d'Andrew Davidson
Traduit par Sidonie Van Den Dries
Éditions Le Livre de Poche, 2018 - 224 pages - 7,50€
Saga Miss Peregrine et les enfants particuliers : tome 1 - tome 2 - tome 3


Les particuliers ont  existé bien avant Miss Peregrine. Transmis de génération en génération depuis la nuit des temps, ce recueil regroupe différentes histoires inquiétantes et envoûtantes de particuliers. Ces contes ont été compilés et annotés par Millard Nullings, le garçon invisible, l'un des enfants particuliers de Miss Peregrine.
  
Un recueil incontournable pour mieux connaître le monde fantastique des particuliers, avec ses boucles temporelles secrètes et ses personnages fascinants.


✖ : Les interventions de Millard restent assez discrètes.

 : La couverture et les illustrations à l’intérieur.
Un bon complément à l'univers, pour les fans et futurs fans de la saga.
Un régal de retrouver cet univers, sombre, étrange, particulier.


Merci aux éditions Hachette et Le Livre de Poche pour cet envoi. Contes des particuliers est un recueil de contes (vous l'aviez sans doute compris), lié à l'univers de la saga Miss Peregrine. Ma lecture du premier tome remonte déjà à 2014. J'avais adoré le concept d'écrire une histoire fantastique inspirée de photographies étranges, pour les relier entre elles.

À l'instar des Contes de Beedle le Barde - qui auront guidé Harry, Ron et Hermione quand ils en ont eu besoin -, les Contes des particuliers ont aidé Millard, Miss Peregrine, Jacob, etc. Ne faisant pas partie des anormaux (Quoique, pendant mon sommeil, il est possible que je me mette à flotter sans m'en rendre compte... On ne sait jamais.) et bravant les recommandations de l'éditeur, je me suis plongée dans la lecture de ces contes réunit par Millard. La seule petite déception étant que ses annotations ne sont finalement pas très nombreuses. Je pensais qu'il interviendrait bien plus.

Quelques clins d’œil sont faits aux contes de notre enfance et certaines histoires sont même liées à des faits historiques. Des récits où les particuliers tiennent forcément une place de choix. Avec, parfois, des princes et des princesses, des paysans, etc. Sans oublier des mises en garde, des morales, pour aider et conseiller les enfants particuliers. Et, même, des Et ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps, à la fin, qui peuvent réserver leur lot de surprises...

À lire avant la trilogie, pour découvrir l'univers. Ou entre n'importe quel tome. Bref, vous n'avez aucune excuse pour ne pas le lire. Ce recueil compte dix contes, dont Les splendides cannibales, La première Ombrune, Les pigeons de Saint-Paul et La fille qui apprivoisait les cauchemars ont été mes préférés. Un vrai plaisir de retrouver cet univers !

Note bene : pensez à lire ce qu'il y a écrit, en petit, sur la page à côté de la dédicace à Peregrine Faucon ;)


En quelques mots...
Contes | Les particuliers | Millard | Annotations | Morales

Quand vient la vague

16 janv. 2018



Parfois, il est nécessaire
de commettre l'irréparable
pour pouvoir continuer à vivre...


Bouleversée, Nina quitte le domicile familial et jette ses clés dans une bouche d’égout... Quelques mois plus tard, Clément, son frère, se met à sa recherche.

De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces « vagues » qui l’ont submergée, l’obligeant à disparaître...


• • • • •
Quand vient la vague de Manon Fargetton & Jean-Christophe Tixier
Éditions Rageot, 2018 - 288 pages - 15,90€



✖ : Certains points, concernant les parents.

 : Un roman écrit par Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier !
Un récit contemporain et humain, rempli d'émotions et de questionnements.
L’alternance des points de vue entre Nina et Clément.


Merci aux éditions Rageot pour cet envoi. L'autrice des excellents Le livre de toutes les réponses sauf une et Le suivant sur la liste, qui écrit avec l'auteur du très bon roman dystopique (alors que je ne suis pas fan du genre) Demain il sera trop tard ? Il n'y avait aucun doute, Quand vient la vague, qualifiait de roman coup-de-poing, allait me plaire !
"Aujourd'hui, j'ai dix-sept ans, et je ne sais pas encore si ma vie s'arrête, ou bien si tout commence. 
Peut-être les deux à la fois ?" - Nina
Ils signent ici un roman contemporain et humain, à la justesse incroyable, sur les émotions de l'adolescence, sur la quête de soi et des autres, où la fragilité côtoie la colère, l'incompréhension, la rage et la peur d'avancer. Des sujets plus ou moins communs sont évoqués, ce qui n'enlève rien à leur importance à tous. Et, surtout pas aux réactions de Nina, puis à celles de Clément. Tellement différents, tellement compréhensibles. Ces deux personnages sont attachants et touchants.  Ils ont leur caractère, leurs défauts, leur manière de voir les choses. Il est intéressant d'avoir une alternance de point de vue entre les deux. Une alternance qui nous fait également faire un bon dans le temps. Nous suivons Clément, dix mois après la disparition de sa sœur. Après une discussion avec un de ses amis, il se rend compte qu'il n'a pas entrepris grand chose pour la retrouver, pour savoir ce qui lui était arrivé. Cette prise de conscience est comme un coup de fouet. Tandis que les chapitres concernant Nina nous la montre avant qu'elle ne parte. Ainsi, nous avons un aperçu de quelques moments en famille, des projets faits pour l'avenir, etc. Nous avançons à leur côté et découvrons les raisons de Nina pour être partie. Quel a été l’élément déclencheur, quelles ont été ces vagues qui l'ont submergée...
"Il a toujours considéré Nina comme quelqu'un de solide. Boudeuse, agaçante, secrète sous son apparence sociable, mais capable de s'extirper de n'importe quelle situation, et aussi de l'en sortir si besoin. Une grande sœur, quoi. Alors pourquoi chercher midi à quatorze heures ? Elle allait forcément revenir, et elle offrirait à leurs parents une explication si cohérente qu'ils ne pourraient pas lui en vouloir." - Clément
Sans pour autant ressentir un manque, j'aurais aimé que les auteurs s'attardent davantage sur certains points, le rapport aux parents par exemple. Malgré cela, je comprends bien que ce sont Nina et Clément les personnages principaux et que l'accent est donc mis sur eux et leurs ressentis. Quant aux autres personnages, deux sortent particulièrement du lot.

Quand vient la vague est un récit moderne, où la vie de famille à son importance. Un récit fait de rencontres et de confidences. Pour essayer de comprendre comment fonctionne le monde, comment gérer ce qui nous touche, nous révolte. Une histoire et des personnages qui ont réussi à m'émouvoir, me remuer, m'indigner et me faire rire, aussi. On tourne les dernières pages vidé par toutes ces émotions ressentis, avec un pincement au cœur de les quitter.


En quelques mots...
Bordeaux | Famille | Partir | Rechercher | Sœur-Frère | Choix