Bilan du mois | Novembre 2021

30 nov. 2021

 Ils m'ont plu, m'ont passionné, m'ont chamboulé...


TOP 3 DU MOIS

  


Sans oublier les autres livres qui ont fait mon mois de novembre.
(cliquez sur la couverture du livre pour voir la chronique qui lui correspond)
 
    
    



De nouveaux univers à découvrir... In my mailbox
La reine et les trois sœurs de Julia Sardà (merci aux Éditions L'École des loisirs) 
Lumière noire de Thomas Gilbert et Claire Fauvel (merci aux Éditions Rue de Sèvres) 
Comment les pingouins ont sauvé Veronica de Hazel Prior (merci aux Éditions L'Archipel via NetGalley) 
Imbécile heureux de Jean-François Sénéchal (merci aux Éditions Sarbacane) 

Une colonne de feu de Ken Follet 
Mon Hiver Cosy de Caroline Millet ・lecture en cours・
Kasso de Jacky Schwartzmann (merci Les Pipelettes en parlent et les Éditions Seuil) 
Scrooge de Louis-Pier Sicard 
Aliss de Patrick Senécal ・lecture en cours・
Cellulaire de Stephen King 
Le cri de Nicolas Beuglet
Papillon de nuit de R. J. Ellory


En baisse ou en hausse... Les comptes à la loupe
PAL : 54 =
Wish list : 117

Nombre de livres lus ce mois-ci : 13 


Blabla... Des choses à dire
Novembre... ou comment osciller entre l'automne et l'hiver 🍂🎄

Les classiques sont à l'honneur dans le top 3, dans de très belles éditions ; Princesse Sara illustré par Nathalie Novi et Peter Pan animé par le studio MinaLima. S'ajoute à eux ; Comment les pingouins ont sauvé Veronica, un roman où les émotions sont nombreuses... presque autant que les manchots Adélie !

Parmi mes autres lectures du mois... 10 garçons sur ma liste est une très agréable romcom de Noël, La reine et les trois sœurs est un bel album et j'ai adoré ma relecture de Chaque soir à 11 heures.

Lectures en cours :
Pour bien commencer le mois de décembre, je n'ai pas résisté au beau Mon Hiver Cosy
Et comme j'aime lire des genres très variés, je suis aussi plongée dans Aliss, une réécriture pour public averti !

Autres articles sur le blog :


Un bon mois de décembre et de belles découvertes livresques à vous !
Prenez soin de vous 

Imbécile heureux

28 nov. 2021

 

Chris a 18 ans, mais l’esprit d’un enfant. Quand sa mère disparaît du jour au lendemain, le voilà obligé de se débrouiller seul. Entre road-trip sans permis, coups louches et amours ratés, c'est mal parti. Heureusement, la vie lui réserve quelques bonnes surprises, car c'est bien simple : Chris, tout le monde l'aime.

« Je suis adulte, astheure, je peux me débrouiller tout seul.
Mais ça serait quand même mieux que tu reviennes, maman, parce que je vais
trouver ça pas mal long d'être un orphelin toute ma vie. »

• • • • •
Imbécile heureux de Jean-François Sénéchal
Éditions Sarbacane (Exprim'), 2021 - 249 pages - 16€


: Devoir se faire une idée de la mère de Chris, seulement à travers les dires d'autres.

 : Un récit touchant, pas larmoyant.
Un personnage principal attendrissant et débrouillard.
La narration à la première personne.


Merci aux Éditions Sarbacane pour cette lecture.
Difficile de résister lorsque je vois un personnage principal décrit comme "bouleversant de candeur et de bonté" et que Barnabé du roman Simple de Marie-Aude Murail, ainsi que Forrest Gump sont, entre autres, cités pour nous donner une idée de la personnalité de Chris - héros de ce roman de Jean-François Sénéchal.

Outre la couverture qui ne me plaît pas plus que ça (comme celle de l'édition québécoise d'ailleurs), je regrette que la mère de Chris n'ait jamais voix au chapitre. Je sais que l'histoire repose justement sur son départ et la manière dont Chris est obligé d'avancer et de se prendre en main, mais je reste curieuse de ce point de vue.

À dix-huit ans, Chris doit soudainement se débrouiller sans sa mère, qui est partie sans explication. Le jeune homme en "retard" intellectuellement, peut cependant compter sur ses voisin.e.s et ami.e.s. Des relations qui font chaud au coeur, même si Chris est parfois entraîné dans des affaires compliquées... Il n'en oublie pas moins son envie de se trouver une belle fille ! Et, bien sûr, ses pensées sont régulièrement tournées vers sa mère, son absence. Des passages qui font mal au coeur, pour le coup. Il m'a beaucoup touché dans ses réflexions sur ce sujet. Avec la narration à la première personne, Chris s'adresse souvent directement à elle, lui raconte sa vie.

En bref, une bonne lecture. Initialement paru au Québec en 2016, sous le titre Le boulevard, ce roman est suivi de deux autres, tournant autour du personnage de Chris ; Au carrefour et Les avenues. J'espère qu'ils seront également proposés dans la collection Exprim' par la suite, pour voir ce que le jeune homme devient.


En quelques mots...
Jeune adulte | Orphelin | Quotidien | Ami.e.s | Famille


Avertissement (Trigger Warning) :
Je vous laisse surligner ci-dessous, si vous le voulez.
Cela peut divulguer une partie de l'intrigue.
violence physique et jeu d'argent

Lumière noire [+ CONCOURS]

26 nov. 2021

Ava, brillante chorégraphe, envisage de mettre un terme à sa carrière dont elle trouve la reconnaissance illégitime. Désabusée face aux enjeux sociétaux de l'époque, elle n'a plus d'envie ni d'inspiration. En quête d'énergie créatrice, elle se rend à Bruxelles, au gala de fin d'études de l'école qui l'a formée. Ava est aimantée par la prestation de Ian, un jeune danseur dont la fougue et la passion lui rappellent ses débuts. Sur un coup de tête, elle lui propose le rôle principal de sa nouvelle création, dont elle n'a encore rien imaginé. Ian, fasciné par Ava, la rejoint à Paris où il se laisse entrainer dans un jeu dangereux dont il ne connaît pas les règles. Les deux artistes se lancent avec frénésie dans cette chorégraphie qui se mue peu à peu en passion destructrice. Tandis qu'au dehors, le contexte social se tend, le chaos que traverse la société s'immisce peu à peu dans leur intimité. Les deux amants pourront-ils échapper au tourbillon qui menace de les engloutir ?

・・・・・
Lumière noire de Claire Fauvel & Thomas Gilbert
Éditions Rue de Sèvres, 2021 - 203 pages - 20€


: Le comportement d'Ava au tout début.

 : Le tourbillon d'émotions ressenti par Ava et Ian, au fil des événements.
De nombreuses très belles planches d'illustrations.
Un récit engagé et passionné.









Merci aux Éditions Rue de Sèvres pour cette lecture. Sensible à la couverture et à ce que la danse contemporaine est capable de dégager en force et en émotions, j'ai eu envie de découvrir ce roman graphique et je ne le regrette pas. Même si je peux chipoter sur quelques détails... Telle que l'attirance qu'a Ava pour Ian au tout début. J'ai regretté les quelques réflexions très "brutes" qu'elle lâche avant même qu'iels se connaissent et qu'il y ait ce truc particulier qui passe entre elleux (le lien qui se développe par la suite).

En proie au doute sur leur capacité à danser, à créer, leur rencontre va donner à Ava, chorégraphe reconnue, un début de quelque chose, l'envie de monter un spectacle avec Ian... mais l'inspiration lui manque encore.


"Mes pièces avaient l'ambition d'être rugueuse, dures, dérangeantes. À l'inverse, elles ont été applaudies, perçues comme des odes à la liberté, une rébellion nécessaire. Je me suis trahie, laissée déposséder. C'est comme si je ne m'étais pas comprise moi-même !" - Ava

Certaines planches sont fascinantes, avec cette touche de "surnaturel" symbolique qui semble surgir, comme pour happer les personnages. Une tempête d'émotions pour Ava et Ian, un besoin de s'exprimer pour trouver leur place. La danse à une place importante, mais ne fait pas tout. Leur histoire d'amour passionnel est là aussi. Tout comme leur sensibilité à l'actualité et l'écologie, à l'impact que cela a sur les vies humaines et l'avenir.

Deux auteurices que j'ai découvert à travers ce livre et qu'il me plaira de relire. De Claire Fauvel, j'ai repéré La guerre des Catherine ; quant à Thomas Gilbert, Les filles de Salem me fait de l'œil depuis sa sortie !


En quelques mots...
Paris | Bruxelles | Danse contemporaine | Rencontre | Inspiration | Engagement


Avertissement (Trigger Warning) :
Je vous laisse surligner ci-dessous, si vous le voulez.
Cela peut divulguer une partie de l'intrigue.
violence physique et arme à feu - scène de sexe explicite


▪▪▪▪▪

Ayant reçu ce livre en double, je vous propose d'en gagner un exemplaire.
Il vous suffit de remplir le formulaire, en cliquant ci-dessous. Vous avez jusqu'au 30 novembre !

Comment les pingouins ont sauvé Veronica

24 nov. 2021

 

Le cœur ne gèle jamais, même au milieu des icebergs.

Le plus souvent, Veronica, 84 ans, passe ses journées à chercher où elle a mis ses lunettes, à ramasser les déchets sur la plage ou à aboyer des ordres à sa dame de compagnie, Eileen. Depuis peu, la vieille dame s’interroge : que faire d’utile durant les années qu’il lui reste et, surtout, à qui laisser sa fortune considérable ? Quand elle a soudain une illumination : et si elle mettait tout en œuvre pour sauver les pingouins d’Antarctique ? L’irruption dans sa vie de Patrick, un petit-fils disparu, orphelin à six ans après le suicide de sa mère, va tout changer. Comme deux animaux sauvages, ils vont devoir s’apprivoiser au milieu des icebergs.

• • • • •
Comment les pingouins ont sauvé Veronica d'Hazel Prior
Titre original : How the Penguins Saved Veronica - Traduit par Estelle Flory
Éditions L'Archipel (Instants Suspendus), 2021 - lu en ebook - 14,99€


: /

 : Le lieu original de l'intrigue : l'Antarctique, dans un centre d'études sur les manchots Adélie.
Le caractère fort de Veronica, à qui on s'attache au fil des confidences et lectures de ses journaux intimes.
Secrets de famille, liés à la période de la Seconde Guerre mondiale.


Merci aux Éditions L'Archipel via NetGalley pour cette lecture. Comment les pingouins ont sauvé Veronica est le troisième roman que j'ai l'occasion de lire de leur collection "Instants Suspendus" et c'est, encore une fois, un récit vraiment très agréable à découvrir. Cela rend forcément curieuse concernant les autres titres !
"Je suis déjà en vrac. Et à vingt-sept ans, se voir soudain gratifié d'une grand-mère protocolaire à l'extrême et qui n'a sans doute plus toute sa tête - est-ce que ça va m'aider ? Je ne crois pas." - Patrick
Veronica, octogénaire qui n'aime pas se voir vieillir, se décide à enquêter sur une possible descendance et se retrouve avec Patrick, un petit-fils de 27 ans, loin d'être à la hauteur de ses attentes... Mais vu leur rencontre, la réciproque est vraie aussi. Lui qui espérait une "mamie gâteau", il est servi ! Le soupçonnant d'en avoir après son argent, Veronica choisit de partir en Antarctique, là où des scientifiques étudient les pingouins qu'elle a vus dans un reportage à la télévision. Que ça leur plaise ou non, elle compte bien y passer plusieurs semaines !

Demain, j'arriverai à destination. Une excitation enfantine s'empare de moi. Il y a très, très longtemps que je n'ai pas vécu une aventure. Pendant les pérégrinations de Veronica en Antarctique, Patrick essaie de reprendre sa vie en main après une rupture amoureuse et s'interroge sur cette grand-mère autoritaire, sur ce qu'a été sa vie. Veronica est attendrissante, même lorsqu'elle se montre insupportable - les blessures du passé ne sont pas refermées et on sent que cela lui pèse. Parfois, les souvenirs accumulent de la poussière dans un recoin de votre mémoire. Parfois, ils vous hantent comme des ombres. Parfois, ils vous poursuivent, une matraque à la main. Patrick, jeune homme paumé, est un personnage plus passif, mais le décalage avec sa "Granny" est efficace pour apporter un soupçon d'humour et beaucoup de tendresse à l'égard des deux. Ajoutez à cela quelques sympathiques personnages secondaires et vous avez un roman plein d'émotion, qui entremêle aventure et rencontre, drame et romance. On pardonnera (ou pas !) à Patrick de qualifier Jane Eyre de barbant... 

Un deuxième tome est sorti début novembre en VO, sous le titre Call of the Penguins.


En quelques mots...
Écosse | Antarctique | Pingouins | Famille | Passé | Souvenir | Journaux intimes


Avertissement (Trigger Warning) :
Je vous laisse surligner ci-dessous, si vous le voulez.
Cela peut divulguer une partie de l'intrigue.
évocation du suicide et de la guerre - drogue

Nous allons tous très bien, merci • Kasso

21 nov. 2021


[Relecture] Nous allons tous très bien, merci de Daryl Gregory
Titre original : We Are All Completely Fine
Traduit par Laurent Philibert-Caillat
Éditions Pocket, 2017 - 190 pages - 6,50€

Ils sont cinq, traumatisés, victimes de maniaques, poursuivis par leurs peurs, leurs démons, prisonniers d’un choc post-traumatique, et rassemblés par le Dr Jan Sayer pour une thérapie de groupe. Médecin psychiatre, elle est là pour les aider, les amener à se libérer des événements qui ont irrémédiablement marqué leur vie du sceau de l’horreur. Mais quelque chose de plus profond les lie tous. Une menace que certains d’entre eux sentent, d’autres voient, dont ils portent la marque dans leur chair, leurs os... Ces êtres brisés vont devoir trouver la force de s’ouvrir les uns aux autres et de s’allier pour stopper le cauchemar qui s’apprête à prendre forme et envahir le monde.

・・・

Dans l'idée de rester encore un peu dans l'ambiance creepy d'Halloween (après avoir lu une romance de Noël... ne cherchez pas de logique, il n'y en a pas 😂), j'ai eu envie de relire Nous allons tous très bien, merci.
"Une fois que vous savez qu'il y a des monstres sous le lit, fermer les yeux relève de l'inconscience ; on fait les cent pas, on fixe l'obscurité, on guette le grincement de la porte qui s'ouvre..." 
Il y a plus de deux ans, le côté décalé et original du récit m'avait bien plu et c'est encore le cas ici, même si j'en ressors un peu moins emballée. Le manque de fait concret durant une bonne partie de l'intrigue se cumule à un goût de trop peu et à la fin ouverte laissant en suspens un pan du récit... Cela dit, je n'en apprécie pas moins l'idée de cette thérapie assez spéciale et les "clins d'œil" aux victimes de films d'horreur. Et je reste curieuse de lire Harrison Squared, de l'auteur, qui évoque l'enfance d'un des personnages importants de ce livre-ci.

Avertissement (Trigger Warning) :
Je vous laisse surligner ci-dessous, si vous le voulez.
Cela peut divulguer une partie de l'intrigue.
séquestration - mutilation - scarification - cannibalisme

★ ★ ★ ★ ★

Kasso de Jacky Schwartzmann
Éditions Seuil (Cadre noir), 2021 - 224 pages - 18€

Après des années d’absence, Jacky Toudic est de retour à Besançon pour s’occuper de sa mère malade d’Alzheimer. Les vieux souvenirs et copains resurgissent. Les vieux travers aussi. En effet Jacky ne gagne pas sa vie comme les honnêtes gens. Son métier : faire Mathieu Kassovitz. Car Jacky est son sosie parfait, et vu que Jacky est escroc, ça fait un bon combo. Depuis des années, se faisant passer pour l’acteur, il monte des arnaques très lucratives. Ce retour au bercail pourrait être l’occasion de se mettre au vert, mais c’est compter sans sa rencontre avec la volcanique Zoé, avocate aux dents longues, qui en a décidé autrement.

Jacky Schwartzmann est un auteur qu'il me tardait de découvrir, notamment suite aux avis des Pipelettes en parlent sur ses différents livres. Je suis d'autant plus contente d'avoir eu l'occasion de lire Kasso grâce à elles.
"Les yeux, les fenêtres de l'âme, j'ai toujours trouvé cela ridicule. Ce sont les poètes de lycée qui émettent ces inepties. Et pourtant, lorsque tu me regardes, Maman, je ne te reconnais pas. Tu es partie. Je me retrouve dans un film de science-fiction, les protagonistes se sont échangé les enveloppes corporelles et plus personne ne sait qui est qui. Une vieille blague me revient : ce qui est bien avec Alzheimer, c'est que vous voyez toujours de nouvelles têtes."
Entre ses arnaques, Mathieu Kassovitz, ses vieux potes, sa mère malade, une rencontre Tinder, une bonne dose de nostalgie et de remise en question sur ce qu'est sa vie, Kasso est l'histoire de Jacky Toudic. Un récit doux-amer, à l'humour noir et mordant lorsqu'il s'agit de parler de notre époque. Assez perché par moments, à l'image du final. Une bonne première découverte de l'auteur, qui me rend curieuse de lire ses autres romans !

Avertissement (Trigger Warning) :
Je vous laisse surligner ci-dessous, si vous le voulez.
Cela peut divulguer une partie de l'intrigue.
évocation du suicide et d'agression sexuelle - drogue - maladie neuro dégénérative