Terre de Brume, tome 1 : Le Sanctuaire des dieux

18 sept. 2018



Depuis le Bouleversement, cataclysme qui a recouvert son monde d’une brume toxique en ne laissant que de rares survivants, Héra vit à Taho dans le Sanctuaire des Prêtres de l'eau, où elle apprend à maîtriser la magie pour devenir guerrière. Au cours d'une mission, elle rencontre Intissar, une Sœur de Feu capable de communiquer avec les esprits. Intissar a bravé sa propre communauté pour venir avertir les habitants de Taho d’un terrible danger. Mais il est déjà trop tard  : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, s'est levée... et frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore. Héra et Intissar s’allient afin d’empêcher leur monde de sombrer dans l’oubli.


• • • • •
Terre de Brume, tome 1 : Le Sanctuaire des dieux de Cindy Van Wilder
Éditions Rageot, 2018 - Lu en PDF
16,90 € en grand format


✖ : Parfois plus calme que je ne m'y attendais.

 : Présence d'une carte du Monde de Mirar.
Un univers intéressant, basé, entre autres, sur les éléments eau et feu.
Un duo féminin attachant, qui apprend à se connaître et à se soutenir.
La plume de l'autrice. Toujours très agréable à lire.


Merci aux Éditions Rageot et à NetGalley pour cet envoi. Quel plaisir de retrouver la plume de Cindy Van Wilder - dont j'ai adoré la saga Les Outrepasseurs. Et, quel kif de découvrir un nouvel univers fantasy. Si, au niveau des personnages, le caractère d'Héra m'a parfois agacé (mais j'ai aimé la voir évoluer), j'ai directement beaucoup apprécié Intissar.

Un premier tome efficace, bien qu'un peu calme, peut-être. Même si une menace est bien présente, je m'attendais à davantage de tension. Ce qui arrive finalement vers la fin, avec du mystère, donc vivement la suite ! Je dirai que c'est un bon tome d'introduction. Les premiers détails de l'univers nous sont dévoilés, les différentes magies commencent à nous être présentées, les chapitres alternent entre les deux personnages principaux et le danger qui guette se fait de plus en plus concret au fil des pages et révélations. Passé et présent se mêlent dans cet univers riche en magies.
"On m'a toujours enseigné que la Brume était une matière inerte, un déchet toxique envoyé par les dieux pour punir l'humanité qui s'était détournée d'eux. Ce à quoi j'assiste en ce moment me prouve le contraire. Cette Brume est vivante. Tout comme les êtres emprisonnés à l'intérieur." - Intissar
Les Prêtes et Prêtresses de l'Eau, les Frères et Sœurs de Feu. Héra et Intissar vont s'allier pour combattre le danger qui les menace tous, la Brume qui a provoqué le Bouleversement n'a pas fini de les surprendre. C'est un duo qui fonctionne, aussi bien lorsqu'elles combattent ensemble que lorsqu'elles découvrent les différences qui existent entre les endroits où elles ont grandi. C'est à travers cela que leur lien se tisse. Et, qu'il se tisse aussi avec le lecteur. En bref, je ressors contente de cette lecture et suis très curieuse de découvrir les prochaines révélations que l'autrice nous réserve à coup sûr ! Curieuse de continuer ce périple aux côtés des personnages et d'en découvrir toujours plus sur l'univers.


En quelques mots...
Monde de Mirar | Bouleversement | Brume | Magies | Sanctuaires | Aqueducs | Danger

[Manga] Orange, du tome 2 au tome 6

16 sept. 2018

   

Risque de spoiler, si vous n'avez pas lu le(s) tome(s) précédent(s).


Orange, tome 2 de TAKANO Ichigo - Traduit par Chiharu Chujo
Editions Akata (M), 2014 - 205 pages - 7,95€
Fait partie de la saga Orange : tome 1

Naho ne peut se résoudre à imaginer un futur dans lequel Kakeru ne serait plus de ce monde. Aussi, la jeune lycéenne réussit à prendre sur elle, et à suivre les recommandations inscrites sur la lettre qu'elle a reçue. Pourtant, un jour, elle réalise que les événements commencent déjà à différer de ceux qui lui avaient été prédits. Et si l'avenir était en train de changer ?

Mon avis - Après avoir beaucoup apprécié le premier volume de ce manga, je n'ai pas résisté à la suite. Une fois les cinq autres tomes dans ma PAL... j'ai tout dévoré. Et, qu'est-ce que j'aime cette bande d'ami(e)s et cette histoire !

Naho se rend compte que les décisions que la future elle la pousse à prendre changent les choses. Ce qui fait que les conseils qu'elle reçoit ne correspondent plus tout à fait à ce qui se passe. De plus, les réflexions sur les univers parallèles sont intéressantes. C'est un aspect important de l'histoire et j'avais hâte que l'autrice en parle. Qu'elle nous explique mieux le côté fantastique et voyage dans le temps de son univers. Il fallait que ce soit clair et ce fut le cas. Un tome qui nous permet de mieux comprendre Suwa, également. Un personnage que j'apprécie de plus en plus.


Orange, tome 3 de TAKANO Ichigo - Traduit par Chiharu Chujo
Editions Akata (M), 2015 - 191 pages - 7,95€
Fait partie de la saga Orange : tome 1

Suite à l'incroyable révélation que Suwa lui a faite, Naho est troublée ! Car si elle a conscience qu'elle ne peut répondre aux sentiments de son ami, elle sait aussi désormais qu'il sera son meilleur allié pour changer le futur de Kakeru. Mais a-t-elle seulement le droit d'abuser de la gentillesse de Suwa, alors que son amour pour Kakeru pourrait bien être sur le point de se concrétiser ? 

Mon avis - Naho a appris que Suwa a aussi reçu une lettre du futur. Et, sa mission est la même qu'elle ; sauver Kakeru, essayer de le rendre heureux. La romance peut paraître un brin enfantine, mais est super mignonne. Et, j'ai aimé que Naho s'assume de mieux en mieux. Elle essaie de prendre des décisions par elle-même, sans toujours suivre la lettre.
"Kakeru, tu es toujours souriant. Même lorsque tu es triste, tu affiches ton impassible sourire. Mais c'est étrange, jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais réalisé que derrière ce dernier, tu cachais ta tristesse. J'espère un jour te voir sourire sincèrement..."


   

Orange, tome 4 de TAKANO Ichigo - Traduit par Chiharu Chujo
Editions Akata (M), 2015 - 194 pages - 7,95€
Fait partie de la saga Orange : tome 1

Naho et Kakeru se sont enfin avoués leur amour. Mais les deux adolescents ne savent pas encore vraiment comment se comporter, l'un vis-à-vis de l'autre, et ce que signifie le fait de « sortir ensemble ».

L'arrivée imminente de la course de relais pourrait bien donner un coup de pouce à leur relation naissante… À moins que l'absence de la mère de Kakeru ne se fasse trop cruellement sentir ?

Mon avis - Maintenant qu'ils sont tous au courant, qu'ils ont chacun reçu une lettre du futur avec des conseils, Hagita, Suwa, Naho, Taka et Azu font front commun pour aider Kakeru, le protéger de ses idées noires. L'amitié est tellement au cœur de tout, dans ce manga. C'est très beau. Probablement mon tome préféré, celui qui m'aura le plus touché.


Orange, tome 5 de TAKANO Ichigo - Traduit par Chiharu Chujo
Editions Akata (M), 2016 - 239 pages - 7,95€
Fait partie de la saga Orange : tome 1

La nouvelle année approche… Mais pour Naho et ses amis, cela signifie aussi une chose : la date fatidique du terrible choix de Kakeru arrive également. Pourront-ils aider leur ami et lui éviter le pire des futurs ? Mais qu'adviendra-t-il, dans tout ça, de l'amour de Suwa ? Rien de tout ça n'est sûr, et c'est le cœur lourd et inquiet que Naho envisage les semaines qui viennent… L'inévitable pourra-t-il être évité ?

Mon avis - Ce tome nous permet de découvrir comment la rentrée s'est déroulée pour Kakeru, "la première fois". Pas seulement à travers les lettres. Des scènes du futur nous dévoilent comment l'histoire des lettres à commencer. Et, le choix du titre Orange prend tout son sens. Comme ce tome était censé être le dernier, nous avons droit à un vrai final.
"Si nous sommes capables de modifier le futur, mais que certains événements ne peuvent pas être changés alors, qu'adviendra-il de Kakeru ?"



Orange, tome 6 de TAKANO Ichigo - Traduit par Chiharu Chujo
Editions Akata (M), 2018 - 191 pages - 8,05€
Fait partie de la saga Orange : tome 1

Suwa, adolescent populaire et généreux, reçoit le matin de la rentrée scolaire, un curieux courrier… Un courrier de lui-même, venu de dix ans plus tard dans le futur ?! Dans cette lettre sont décrits tous les évènements qui vont se dérouler dans les mois qu'ils viennent. Très vite, l'adolescent comprend qu'il va devoir faire un sacrifice : renoncer à son amour, pour sauver un ami et le bonheur de celle qu'il aime.

Dix ans plus tard, dans une réalité devenue autre… Kakeru n'a pas pu être sauvé. Naho, hantée par le décès de celui qu'elle aimait, se referme dangereusement sur elle. Au détour de la vie, Suwa la recroise à nouveau. Entre amertume, bienveillance et regret, quel est le quotidien de celui qui, hanté par ses regrets, aurait pourtant été prêt à tout s'il avait connu le drame qui s'annonçait ? Pourra-t-il, cette fois-ci, sauver le cœur de celle qu'il aime ?

Mon avis - Contente d'avoir eu l'occasion de découvrir "la suite" de l'histoire du point de vue de Suwa, un de mes personnages préférés. Ses doutes, ses peurs, son amour pour Naho, son amitié pour Kakeru, tout y passe. Ce tome navigue plus que jamais entre passé et futur. Avec, davantage d'explications sur les lettres. De beaux et touchants moments, où Suwa essaie de trouver sa place au côté de Naho, sans jamais oublier Kakeru.


 : La romance parfois un peu niaise - même si, la plupart du temps, c'est très mignon.

 : Quelle belle histoire d’amitié, avant tout ♥
Les mots de l'autrice ; elle prévoit une tome 7 !
Mignon, touchant, plein de bons sentiments.
Le trait de crayon.


En quelques mots...
Passé | Avenir | Ami(e)s | Lettres | Regrets | Décisions

Coeur battant

14 sept. 2018




Alex, 17 ans, est un « hors-la vie ». Après avoir essayé d’éteindre son cœur, il se retrouve dans une clinique pour y être « réhabilité à la vie ». Il y rencontre Alice, aussi belle que cynique ; Victor, aussi obèse que candide ; la vieille Colette, aussi espiègle qu’élégante ; et Jacopo, aussi riche que grincheux. À eux cinq, ils décident de s’évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo. Le but du voyage ? Se jeter d’une falaise, tous ensemble – ça leur fera un projet commun !

Mais la route va leur réserver plusieurs surprises. Assez pour qu’Alex se demande si, finalement, la vie n’en vaut pas la douleur…


• • • • •
Cœur battant d'Axl Cendres
Éditions Sarbacane, 2018 - 188 pages - 15,50€


✖ : Le résumé en dit un peu trop sur l'intrigue.

 : Les personnages. Les échanges entre eux.
La plume de l'autrice. Phrases rythmées et mots entraînants.
L'histoire rocambolesque, perchée.


Merci aux Éditions Sarbacane pour cet envoi.
Après le très bon La drôle de vie de Bibow Bradley et l'excellent Dysfonctionnelle, Axl Cendres est de retour.

Comme souvent, le chemin se montre aussi important que la destination. J'aime ce genre de récit drôle et émouvant, où les personnages grandissent, apprennent, nous embarquent avec eux. Que cela soit dans leur mal-être ou dans leurs bons moments. Alex qui ne veut plus aimer et souffrir, les bons mots de Colette, la sombre Alice, le gourmand Victor, le maussade Jacopo. Une palette de personnages sacrément différents... et pourtant.
"Une illusion, voilà ce que c'était, l'amour ; une illusion qui finissait invariablement dans la douleur. Alors pourquoi s'infliger ça ? 
J'ai donc décidé d'abattre mon cœur."
Le roman étant assez court, je vais éviter de trop en raconter dessus pour ne pas vous spoiler. Sachez que l'état d'esprit des personnages joue, forcément, un grand rôle et qu'ils s’interrogent beaucoup sur la vie et la mort - et sur d'autres choses, aussi. Un récit rocambolesque, perché, poétique, drôlement morbide ou morbidement drôle, tendre, touchant. Il est bien possible que mes yeux se soient fait étrangement humides en tournant les dernières pages...


En quelques mots...
Clinique psychiatrique | Suicidants | Fuite | Écoute | Amitié

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

12 sept. 2018

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès. Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ?

C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

• • • • •
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee
Titre original : To Kill a Mockingbird
Postface d'Isabelle Hausser
Traduit par Isabelle Stoïanov
Éditions Le Livre de Poche, 2018 - 448 pages - 6,90€


✖ : Pourquoi ne l'ai-je pas lu plus tôt ? Ou étudié en cours ?

 : Un roman à la fois simple et complexe.
L'écriture de l'autrice, les sujets abordés, ses personnages, le titre.
Marquant, drôle, prenant, touchant et, par certains côtés, paisibles.
Une fois la première page tournée, difficile de reposer le livre.


Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est un classique, un roman culte, qu'il me tardait de lire. Peu importe si l'histoire m'était quasi inconnue - je dirais même que ce fut un plus, tellement j'ai été happée par le récit de Scout. Le fait qu'il ait marqué autant de monde, depuis aussi longtemps, me suffisait amplement pour avoir envie de le découvrir à mon tour.

Comment parler de ce roman qui, comme le dit Isabelle Hausser en postface, est à la fois simple et complexe ? À travers le récit de Scout, qui revient sur les événements qui ont jalonné ses jeunes années, nous découvrons son fort caractère, elle qui n'est jamais la dernière pour se battre. Jean Louise, dit Scout, est une petite fille vive et curieuse, toujours dans le sillage de son grand frère Jem. Les deux enfants vivent en Alabama avec leur père. S'amusant à s'effrayer des on-dit sur la famille Radley, leurs voisins, ils essaient de faire sortir l'étrange Boo Radley de la maison qu'il ne semble pas avoir quitté depuis des années. À travers ce récit, nous vivons, aussi, avec elle, les conséquences du métier de son père, qui défend un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce que voisins comme famille ne voient pas d'un bon œil.

L'écriture de l'autrice est une des grandes forces du roman. Les sujets qu'elle aborde également - la ségrégation, la peine de mort, la place des filles, l’insouciance de l'enfance, la rentrée des classes, l'adolescence, la famille, la vie dans les années 30, etc. Sans oublier ses personnages. J'ai adoré Scout et Atticus, en particulier. La première, pour le fait qu'elle se questionne beaucoup et qu'elle prend conscience du monde qui l'entoure, des inégalités. Tout cela, bien sûr, du haut de la perception qu'elle en a de six à neuf ans. Le second, pour les valeurs qu'il essaie d'inculquer à ses enfants et pour le recul qu'il a sur le comportement des gens. De nombreux autres sont intéressants et/ou attachants. Il faut aussi souligner la justesse du titre, qui a réellement une signification au fil des événements. Émue à la lecture des dernières pages de ce roman - à la fois marquant, drôle, prenant, touchant et, par certains côtés, paisible -, je suis certaine de le relire. Il est à lire et à faire lire, pour les jeunes et les moins jeunes. Un roman culte, qui est un coup de cœur.


En quelques mots...
Alabama | Années 30 | Famille | Enfance | Avocat | Ségrégation

Livre coup de ♥️

Le 5e Règne

10 sept. 2018



Ils auraient dû se méfier.
Respecter le couvre-feu instauré depuis le meurtre du jeune Tommy Harper.
Reposer ce vieux grimoire poussiéreux tant qu’il en était encore temps.
Et surtout… ne pas en tourner les pages.

Sean le rêveur et sa bande vont devoir affronter le Mal absolu : à Edgecombe, petite ville tranquille de Nouvelle-Angleterre, les éléments se déchaînent, des adolescents disparaissent et de mystérieux hommes au charisme effrayant font leur apparition...

Et si ce livre maudit détenait la clé du plus effroyable mystère de l’humanité ?


• • • • •
Le 5eRègne de Maxime Chattam
Éditions Pocket, 2014 - 526 pages - 7,90€


✖ : Un sentiment de déjà-vu, concernant Ça de Stephen King, surtout.

 : Un groupe d'ados attachants et soudés.
Des personnages féminins qui ont leur place.
Des frissons, des émotions, de la magie.


Faisant une pause dans ma lecture d'Autre-Monde, une autre saga de l'auteur (j'attends d'avoir les derniers tomes dans ma PAL pour m'y remettre), cela ne m'empêche aucunement de le découvrir dans un univers différent. Le 5e Règne est, d'après la préface, le premier "gros" texte de fiction écrit par Maxime Chattam, bien que sorti après L'Âme du mal.
"Quelque part dans la ville, tapi dans la nuit avec la cruauté à fleur d'âme, le Mal se mit à sourire..."
Un roman d'aventures, d'apprentissage, de magie, d'amitié. Qui, comme le souligne l'auteur dans la préface, n'est pas sans rappeler Les Goonies, L'Histoire sans fin, Ça, Sa Majesté des mouches (et d'autres, mais je ne cite que ceux que j'ai lus ou vus). Passons sur le fait que ces histoires manquent, en général, cruellement de présences féminines... et profitons plutôt du fait que sur le groupe d'adolescents que nous suivons dans Le 5e Règne, deux sont des adolescentes qui savent l'ouvrir et se défendre quand il le faut ! J'ai eu peur, au début, qu'elles soient trop mises de côté, mais non.
"Ce livre ne recèle pas la foi. Il ne contient pas la connaissance universelle. Mais ce livre est dangereux ; dans ses pages se cache le Savoir, la mort n'y est plus mystérieuse, et la vie le devient. Sache, ô lecteur, que ce livre t'est interdit."
Si cela vous tente d'aller explorer un grenier, de nuit et en plein orage. De découvrir un mystérieux livre, qui va vous entraîner dans une histoire mêlant le passé, des phénomènes étranges, des tueurs pas plus rassurants et, qui sait, votre propre famille. Ajoutez à cela un terrain vague, une usine désaffectée, un tueur d'enfants appelé l'Ogre de la côté Est...

Une grande partie de l'histoire a beau mettre en scène des ados, l'histoire n'en est pas moins sombre et sanglante par moments. Il est appréciable de pouvoir aussi voir l'avancer d'autres personnages, méchants comme gentils. Concernant les protagonistes adolescents, la quinzaine au compteur ou un peu plus, je les ai trouvés attachants. Ils nous font ressentir ce qu'ils vivent, leurs peurs et appréhensions, leurs forces et déterminations, etc. Quant à l'ambiance, le fait que l'histoire se déroule dans les années 90 et dans une petite ville fonctionne bien. Ça donne plus d'intensité au groupe qui se forme, aux disparitions, aux recherches, à la menace qui plane. Ah ! La vie sans téléphone portable !

Un bon premier roman, mais qui souffre d'un sentiment de déjà-vu. Surtout si vous avez bien en tête Ça de Stephen King. Comme ce dernier, Le 5e Règne est plus qu'un simple roman qui fait peur. Des questionnements sur les différents ressentis et agissements, de l'enfance à l'âge adulte, en passant par l'adolescence. Croire en la magie ou non...


En quelques mots...
Rhode Island | Edgecombe | Années 90 | Ésotérisme | Magie | Adolescents