Journal d'un marchand de rêves

22 nov. 2019



J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe. Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais. Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance. M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m’empêchent de tourner la page… La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance. Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament...


• • • • •
Journal d'un marchand de rêves d'Anthelme Hauchecorne
Éditions French pulp (Anticipation), 2018 - ebook - 11,99€



: J'aurais aimé qu'il y ait plus d'aller-retour entre l'Éveil et l'Ever.
Un je-ne-sais-quoi a fait que j'ai gardé trop de distance avec l'univers.

 : L'écriture de l'auteur. De l'humour et de l'originalité.
Un mélange des genres, prenant et intéressant.
Des personnages hauts en couleur.


Merci aux Éditions French pulp et à NetGalley pour cette lecture. Après quelques déboires avec ma liseuse, j'ai enfin pu commencer ce roman qui était dans ma wish list suite à la chronique de Books and Boom  !

Pour vous donner un avant-goût de l'histoire, je vous laisse avec Walter lui-même, le temps de quelques extraits qui démontrent bien l'originalité de ce qui vous attend ; Voici le journal d'un homme qui, à tout vouloir, a tout perdu. [...] Le temps est venu d'aborder ces rêves étranges qui ont ruiné ma vie. La somme de mes malheurs tient en un mot... Brumaire. [...] J'avais longtemps cru que l'inconnu piaffait au-delà des grilles de notre jardin. Je songeais à présent que l'aventure se trouvait peut-être dans ma tête, de l'autre côté des portes du sommeil.

Walter Krowley a tout de l'antihéros, celui qui fuit le danger au lieu de se battre. Le récit n'est pas dépourvu d'humour... souvent à ses dépens. Lorsqu'il met les pieds à Doowylloh, dans l'Ever, il ne s'attendait probablement pas à rencontrer son Ça, des femmes qui vont le rendre dingue ou encore le Gouverneur et ses ennemis. Un bémol qui n'en est pas un ; le récit est parfois décousu. Certains n'aimeront probablement pas cela. D'autres prendront le parti de suivre le cheminement du personnage principal et se laisseront porter au fil des sauts dans le temps pour reconstituer toute l'histoire qui commence à la vielle d'un enterrement à Bruxelles.

"Cette fille m'avait manipulé, menti, trahi et crevé le cœur, pourtant je ne luis en tenais pas rigueur. 
J'étais tout disposé à lui pardonner, sitôt que je lui aurais rendu la pareille."
Les chapitres sont, pour la plupart, courts et entraînants, donnant envie d'en lire un de plus à chaque fois. L'auteur propose un mélange de genres différents, qui fonctionne très bien et explore aussi bien la psychologie humaine que l'imagination. Il y est question de rêves, de dictature et de propagande, d'automates, de chasseur de primes, etc.

Honnêtement, je ne peux pas dire que mon avis est mitigé concernant ce roman, car il y a beaucoup de bonnes choses. Un mélange de genres, un univers original et des personnages qui le sont aussi. Simplement, j'ai eu l'étrange impression d'avoir les éléments à portée de main sans réussir à les saisir par le bon bout pour apprécier le livre à sa juste valeur, ce qui m'a frustré. Tout comme la fin ouverte qui, après des passages où l'histoire était très prenante, m'a laissé sur ma faim.
"Rien de bon n'advient jamais, quand on confie à d'autres le soin de réfléchir."


En quelques mots...
Bruxelles | Bervely Hills | Rêveur | Doowylloh | Brumaire | Imagination

Je voulais juste te dire...

20 nov. 2019



Cher Lecteur,
– T’es-tu déjà demandé pourquoi ton meilleur ami refusait de t’adresser la parole ?
–  Aimerais-tu avoir l’occasion de remercier la personne qui a changé ta vie ?

Ce livre est tiré d’un tumblr, Dear My Blank, qui a encouragé toute une communauté de personnes qui ne se connaissaient pas à partager leurs secrets, leurs chagrins d’amour, leurs regrets et leurs victoires à travers des milliers de lettres qui n’ont jamais été envoyées à leurs destinataires.


• • • • •
Je voulais juste te dire... d'Emily Trunko - Illustré par Lisa Congdon
Titre original : Dear My Blank - Traduit par Mim
Éditions Le Livre de Poche (Jeunesse), 2019 - 192 pages - 7,50


: /

✓ : Beaucoup d'émotions dans toutes ces confidences.
Les illustrations colorées qui accompagnent les différentes lettres.


Merci aux Éditions Hachette et Le Livre de Poche pour cet envoi. Un livre au concept intéressant, qui a vu le jour sur Tumblr où Emily Trunko a lancé l'idée que les gens y confient les lettres qu'ils ont écrites, mais jamais données à leurs destinataires. Une partie a été regroupée dans Je voulais juste te dire. Une lecture intime, inspirante et touchante. J'avoue, c'est mon côté fouinasse qui a joué et m'a donné très envie de mettre le nez dedans... et je ne le regrette pas !
"Ce qui avait débuté comme un projet sans prétention s'est transformé en un incroyable réservoir d'émotions humaines, un mélange de tristesse, de coeurs brisés, d'espoir et d'amour nouveau." - extrait du préambule d'Emily Trunko 
Certain.e.s se sont écrits pour s'encourager, se pousser à aller de l'avant. D'autres, pour se soulager de leur impuissance face à la maladie, déclarer de belles amitiés ou mettre un point final à une relation. Le rapport aux autres, à son propre corps, l'incompréhension et la colère face aux épreuves de la vie... Sans faux-semblants et barrières, tous se confient. De celui qui s'intéresse à l'univers à celles et ceux qui se livrent sur leurs amours ou leurs doutes sur l'avenir.

https://dearmyblank.tumblr.com/

À lire d'une traite ou non. Des lettres remplies d'émotions. Des pleurs et des serrements de coeur, quelques beaux moments de joie aussi. Des confidences qui parleront à tout le monde. Si certaines sont très tristes ou cyniques, d'autres sont encourageantes, drôles et pleines de bons sens pour voir la vie du bon côté. Parmi les lettres qui m'ont le plus marqué, il y a indéniablement celle qui commence par "Cher quelqu'un" et qui se finit par "Avec tous mes regrets, Un amour perdu." La lettre d'un homme à sa meilleure amie et la réponse de celle-ci dispo juste après, également. Et, impossible de ne pas avoir les larmes aux yeux et des frissons en plongeant dans les lettres de la catégorie "Perte".

Cette année, un autre livre du genre est sorti chez Bayard ; Tu n'aurais jamais dû me dire.


En quelques mots...
Tumblr | Lettres | Confidences | Émotions

Le Siècle, tome 2 : L'Hiver du monde

18 nov. 2019

Risque de spoiler, si vous n'avez pas lu le tome précédent.

1933, Hitler s'apprête à prendre le pouvoir. L'Allemagne entame les heures les plus sombres de son histoire et va entraîner le monde entier dans la barbarie et la destruction. Les cinq familles dont nous avons fait la connaissance dans La Chute des géants vont être emportées par le tourbillon de la Seconde Guerre mondiale. Amours contrariées, douloureux secrets, tragédies, coups du sort... Des salons du Yacht-Club de Buffalo à Pearl Harbor bombardé, des sentiers des Pyrénées espagnoles à Londres sous le Blitz, de Moscou en pleine évacuation à Berlin en ruines, Boy Fitzherbert, Carla von Ulrich, Lloyd Williams, Daisy Pechkov, Gus Dewar et les autres tenteront de faire face au milieu du chaos.

Entre épopée historique et roman d'espionnage, histoire d'amour et thriller politique, ce deuxième volet de la magistrale trilogie du Siècle brosse une fresque inoubliable.

• • • • •
Le Siècle, tome 2 : L'Hiver du monde de Ken Follett
Titre original : The Century Trilogy, book 1: Winter of the World
Traduit par Jean-Daniel Brèque, Odile Demange,
Nathalie Gouyé-Guilbert, Dominique Haas et Viviane Mikhalkov
Editions Le Livre de Poche, 2015 - 1027 pages - 11,20€
Fait partie de la saga Le Siècle : tome 1


: Le manque de représentation pour la France.

 : Un tome centré sur la Seconde Guerre mondiale, avec Hitler, le Blitz, Pearl Harbor, etc.
De l'effroi, des rires et des larmes. On s'attache, on râle, on tremble.
Retrouver les personnages du premier tome et suivre leurs descendances.
Famille, guerre, politique, vie sentimentale, etc.


Plus de trois ans que cette trilogie attendait dans ma pile à lire... Fin août, j'ai enfin lu le premier tome. Et, j'avoue que je ne pensais pas lire la suite aussi vite. Ce sont tout de même de beaux pavés de plus de mille pages chacun ! Des pavés passionnants. Le tome 3, Aux portes de l'éternité, attendra probablement l'année prochaine pour être lu, par contre.

Je ne sais pas comment Ken Follett fait pour rendre cette période, si riche et difficile, aussi digeste. Nous pourrions avoir peur des longueurs, et il y en a quelques-unes, mais rien qui pourrait nous faire reposer le livre. Un récit passionnant, avec des personnages que nous avons appris à connaître dans le premier tome et que nous continuons à suivre aussi à travers leurs enfants. Il est d'ailleurs appréciable que l'auteur revienne parfois, grâce à une phrase ou deux, sur les événements passés, nous permettant de resituer les liens entre les différents personnages ou la chronologie politique.
"C'était pire que tout ce qu'il s'était figuré. Quand il avait songé au combat, c'étaient des images de courage face au danger, de stoïcisme et d'héroïsme dans l'adversité qui lui étaient venues à l'esprit. Or il ne voyait que douleur atroce, visages suppliciés, terreur aveugle, corps broyés, et doutait désormais totalement du bien-fondé de sa mission." - Erik
De 1933 à 1949. Injustices, tortures, scènes insoutenables, programmes secrets inhumains, bombardements, etc. Suivre Hitler qui arrive au pouvoir par l'intimidation et la force est effrayant, même en le sachant à l'avance. Maud et Walter, en Allemagne, sont prêts à s'opposer aux Chemises brunes, à Hitler et à ses partisans. Cela ne sera pas sans conséquence sur leurs enfants. Lloyd, qui a suivi sa mère Ethel, a vu cette violence exploser, avant leur retour en Angleterre. Tous vont se battre pour la liberté. En même temps que les retombées catastrophiques de la guerre, nous suivons la vie privée des personnages, dont leurs relations amoureuses. Certains suivent les traces de leurs parents, d'autres s'en éloignent.

Une fois de plus, j'ai mes personnages préférés. Certains m'ont plu dès le début, d'autres m'ont plu grâce à leur évolution au fil des événements. Lloyd fait partie du premier cas - pour ses idées, son envie de se battre, de ne pas voir l'Angleterre suivre le chemin de l'Allemagne. De même pour la toute jeune Carla, du haut de ses onze ans, quand démarre l'histoire - pour sa capacité à prendre les choses en main quand il le faut. Et Woody, aussi. Ils sont dignes du tempérament et du combat de leurs parents respectifs ! Le personnage d'Erik, enfant, est intéressant. Il nous permet de mieux "comprendre" comment de jeunes enfants allemands ont aussi dû se faire un avis, en fonction des attentes des partisans d'Hitler et celles des convictions familiales. Ce n'est pas un personnage que j'ai aimé, mais il est essentiel d'en avoir de tel quand il s'agit de parler de cette époque. Enfin, Daisy est un personnage que j'ai apprécié voir évoluer, se remettre en question.

Une nouvelle fois, je déplore "simplement" que l'auteur ait autant mis la France de côté. Nous n'avons clairement pas été épargnés durant cette période historique et il est dommage de ne pas en parler plus. En revanche, il est passionnant et enrichissant, culturellement parlant, d'en savoir toujours plus sur comment cela s'est passé dans les autres pays.

Une fois le nez dedans, et "malgré" l'impressionnant nombre de pages, il est difficile de reposer le livre. Si je l'ai parfois fait, le temps de lire des romans plus courts, c'est toujours avec le même plaisir et la même facilité que j'ai retrouvé les personnages de L'Hiver du monde. Curieuse de les retrouver dans le dernier tome de la saga...


En quelques mots...
Allemagne | Angleterre | États-Unis | Russie | Histoire | XXe siècle | Seconde Guerre mondiale

Zoom sur... Plus de quinze ans de lectures en 5 livres

16 nov. 2019

Cela fait plus d'une quinzaine d'années que je lis régulièrement. Pas loin des vingt ans, en fait, si on compte les quelques Oui-Oui et autres "petits" livres que je garde de mes années en maternelle et primaire. Aujourd'hui, j'ai envie de revenir sur toutes ces années avec cinq livres (sagas, parfois) qui ont marqué mon parcours de lectrice. Certains m'ont fait aimer l'aventure et les enquêtes, d'autres la magie, les émotions partagées, la romance, etc.

J'ai neuf ou dix ans et une amie m'offre un tome de la saga Le Club des cinq.
J'ai tout simplement adoré Claude, l'héroïne idéale pour moi qui n'était pas très "fifille". Casse-cou à souhait, embarquant ses cousins/cousine à l'aventure. Mes parents m'ont offert, par la suite, d'autres tomes de la saga et je les garde précieusement dans ma bibliothèque. Dire que ces livres marquent de jeunes lecteurs depuis les années 40 !

Au début du collège, je jette mon dévolu sur Chroniques des Temps Obscurs.
La saga pour laquelle j'ai attendu la parution des tomes suivants avec grande impatience. Dont les premières pages ont été lues dans la voiture, juste après être passée en caisse. Les aventures de Torak et Loup m'ont passionné et j'ai savouré chaque phrase. Là encore, ce sont des livres que je garde soigneusement dans ma bibliothèque.

Fin du collège, découverte de mon livre préféré ; Le combat d'hiver.
J'accompagne ma mère faire les courses et je prends l'habitude d'aller fouiner dans le rayon livres, me laissant charmer par les couvertures et les résumés (Livraddict n'existait pas encore). C'est ainsi que Le combat d'hiver est entré dans ma vie. Un coup de cœur au moment de cette découverte et, après maintes lectures, il reste mon livre préféré à ce jour ♥

La rencontre avec le petit sorcier à lunettes ; Harry Potter.
Les films me plaisaient beaucoup, mais je n'ai lu les romans que très tard. Entre la sortie des parties 1 et 2 d'Harry Potter et les Reliques de la Mort. Mon père les a trouvés d'occasion et, bien sûr, je les ai adorés. Surtout pour tous les détails qui ne se trouvent que dans les romans. Même en ayant désormais un beau coffret en VO regroupant les sept romans, ceux offerts par mon père gardent une valeur sentimentale et une belle place dans ma bibliothèque.

Quelques années après l'ouverture du blog, je pleure comme une madeleine avec Nos faces cachées.
Depuis l'ouverture du blog, en 2012, j'ai découvert des beaux livres, de superbes univers, des écritures entraînantes et des sagas merveilleuses. Avec, quelques lectures qui ont été jusqu'au coup de cœur, bien sûr. Encore cette année, j'ai fait le plein de belles découvertes ! Choisir de mettre en avant Nos faces cachées est plus symbolique qu'autre chose, car j'avais des préjugés sur ce roman avant de l'avoir lu et ce fut finalement une histoire qui m'a énormément touché et plu.


🔺🔺🔺🔺🔺

Un choix difficile à faire, surtout pour le dernier, au vu des coups de cœur eu ces dernières années. Je n'oublie bien sûr pas la saga L'Autre de Pierre Bottero, au collège. Et puis, Broadway Limited, Songe à la douceurChroniques LunairesLa Passe-miroirQuelqu'un qu'on aime, Miss Peregrine, No et moi, Frangine, Entre chiens et loups (le premier tome !), Nos étoiles contraires, Quatre filles et un jean, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, etc. Oui, je triche un peu en ajoutant cette liste à la fin, mais c'est beau de voir qu'il y a tellement de romans qui nous marquent, nous parlent, gardent une trace dans nos mémoires, nous aident, nous bousculent, nous émeuvent, nous font rires...

Seriez-vous capable de ne citer que cinq livres ayant marqué votre parcours de lecteur/lectrice ?
J'attends vos réponses en commentaire !

Loveday-Ryder, tome 1 : Le corbeau d'Oxford

14 nov. 2019



Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter. Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés. La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford...

• • • • •
Le corbeau d'Oxford de Faith Martin
Titre original : Ryder & Loveday Mystery #1: A Fatal Obsession
Traduit par Alexandra Herscovici-Schiller
Éditions HarperCollins (Noir), 2019 - 306 pages - 14,90€
Fait partie de la saga Loveday-Ryder



: /

 : La première de couverture représente bien ce premier tome.
Une enquête habile et bien menée. Agréable à suivre.
Un duo qui apprend à travailler ensemble.


Merci aux Éditions HarperCollins pour cet envoi. Ce premier tome m'a été présenté comme un cosy crime à l'anglaise pour les fans de Julia Chapman et M.C. Beaton (la première est l'autrice de la saga Les détectives du Yorkshire, dont le premier tome m'a beaucoup plu - la seconde a écrit les Agatha Raisin, qui me font de l’œil depuis un moment). Vous vous doutez bien que j'étais donc très curieuse de commencer cette lecture.

Jusqu’ici, Sir Marcus avait royalement ignoré les lettres anonymes reçues - Que pouvait bien signifier cette injonction à « se racheter » ? Qu'était-il censé faire ? Et que se passerait-il s'il n'obtempérait pas ? La dernière l'empêche cependant de continuer à le faire. Le corbeau affirme qu'il tuera son fils et indique même le jour et l'heure. Trudy et ses collègues se rendent sur place pour s'assurer de pouvoir intervenir en cas de réel danger. Mais, rien ne se passe...

Grâce à Trudy, agent de police stagiaire, la place de la femme dans les années 60 est remise en question. Alors que sa mère désespère et veut la voir devenir secrétaire, que son supérieur ne semble pas croire qu'une femme puisse mener une enquête (c'est trop dangereux, voyons !), Trudy, bientôt vingt ans, se donne à fond. Lorsqu'il lui ait demandé d'enquêter, sur une affaire vieille de cinq ans, avec Clement Ryder, coroner de cinquante-sept ans, qui essaie de cacher son début de Parkinson, elle le fait avec enthousiasme. L'homme n'a jamais été satisfait de la conclusion de son confrère et souhaite prouver la vérité sur la mort d'une femme. Il profite d'un faible lien entre les deux affaires pour le faire.
"C'était le moment de montrer qu'elle n'était pas seulement ambitieuse mais aussi intelligente, et elle était décidée à ne pas laisser passer sa chance."
L'enquête est digne d'un bon Agatha Christie, impliquant différentes classes sociales, de multiples pistes à suivre, des rebondissements, des témoins pas très francs, etc. Il est agréable de se laisser porter par les preuves et indices trouvés au fur et à mesure par ce duo qui apprend, en même temps, tout juste à travailler ensemble et ce que l'autre vaut.

Quatre tomes sont déjà sortis en anglais et un cinquième a l'air d'être prévu pour l'année prochaine.


En quelques mots...
1960 | Angleterre | Agent de police stagiaire | Coroner  | Lettres anonymes | Enquête