25 sept. 2016

Cell. 7


On vient de l'apprendre : Jackson Paige, l'ancienne vedette de télé-réalité, a été assassiné. La coupable, restée sur les lieux du crime, a déjà tout avoué. Il s'agit de Martha Honeydew, seize ans.

En vertu de la loi des Sept Jours de Justice, Honeydew a été placée en détentioin dans la Cellule 1 du couloir de la mort. C'est la première adolescente à être jugée par le système Chacun Sa Voix, dans lequel c'est vous, chers téléspectateurs, qui décidez du sort des accusés.

Chaque jour, elle avancera d'une cellule, vers la Cellule 7, où votre vote déterminera si oui ou non elle doit être exécutée.

21 millions de jurés.
1 prévenue.
7 jours pour revenir sur ses aveux.

La vie ? La mort ? à vous de juger !


• • • • •
Cell. 7 de Kerry Drewery - Traduit par Christophe Rosson
Editions Hachette, 2016 - 315 pages - 18€


Merci aux éditions Hachette pour cet envoi. L'envie de lire Cell. 7 est dû à cette phrase d'accroche : "Et si la prochaine émission de téléréalité se déroulait dans les cellules du couloir de la mort ?". Ce n'est pas un sujet sur lequel j'ai l'habitude de lire (le couloir de la mort), mais ayant vu les deux premiers films American Nightmare il n'y a pas longtemps, l'idée d'explorer les dérives de ce que pourrait être la "justice" dans un futur proche m'a paru intéressante... et un brin flippante. Ce ne sont pas les mêmes conditions que dans les films cités plus haut, mais nous y retrouvons ce sentiment de supercherie, car l'argent entre en jeu et ne donne pas les mêmes "chances" à tout le monde. La même impression que ceux qui ont les moyens, et ne sont pas impliqués émotionnellement avec la victime ou l'accusé, voient cela comme un jeu. Réclamant l’exécution pour laquelle ils ont si ardemment voté...
"Je vais mourir dans sept jours parce que je n'ai pas le choix, mais après ça, toutes leurs bulles éclateront, et la vérité apparaîtra au grand jour."

En Grande-Bretagne, Martha vient de s'accuser du meurtre d'un homme connu et adulé. Avec le nouveau système judiciaire, mis en place il y a dix ans, elle n'a droit à aucun procès. Pas de plaidoirie, pas de preuves à apporter, pas d'éventuelles circonstances atténuantes, pas d'avocat... Seulement la visite d'une conseillère pour toute assistance juridique ; Eve. Malgré les désillusions, celle-ci s'accroche pour essayer de faire parler la jeune fille. Pourquoi s'être accusé du meurtre de Jackson Paige en sachant qu'elle n'aurait pratiquement plus aucune chance d'échapper au vote en faveur de son exécution ? Pourquoi s'obstine-t-elle, se résigne-t-elle à mourir dans sept jours ?
"Toi, tu voulais abattre le système ; moi, tout ce que je voulais, c'était abattre ce type. Pas le tuer, non, même si c'est ce qui a fini par se produire, mais le révéler pour ce qu'il était réellement."

Chacun Sa Voix est prétendument le système judiciaire le plus démocratique au monde. Plus de tribunaux, de juges, d'avocats, etc. Les jurés sont désormais les citoyens. Par appels, SMS ou Internet, tout le monde peut décider du sort de l'accusé, qui chaque jour s'approche de la cellule 7 qui ne lui laissera plus aucun espoir. La vraie justice est morte ; tout n'est que manipulation et mensonges. Certains ne partagent pourtant pas cet engouement pour ce nouveau système. Difficile de se faire entendre, mais ils persistent, même si cela doit leur coûter la vie... Nous découvrons que Martha, du haut de ses seize ans, fait partie de ces gens qui veulent dénoncer cette justice qui se révèle être hypocrite et partiale, au vu de l'argent à dépenser pour pouvoir voter, au vu de ce que cet argent peut acheter et dissimuler.

Cette couverture qui devient de plus en plus symbolique de ce "la mort vous regarde" avec son effet miroir donne déjà une bonne idée de ce que nous réserve l'auteure. Pour moi, Kerry Drewery a fait très fort, autant avec le sujet abordé qu'avec ses personnages. Nous ne pouvons que nous attacher à Martha. Tout du long, l'espoir que son combat et son sacrifice ne seront pas vains se fait ressentir. Nous la suivons dans ces sept cellules, attendant de savoir si elle va vivre ou mourir, en sachant que la deuxième solution est quasi certaine. Nous la voyons subir ce que ces cellules cachent comme torture, comme solitude. Et, nous voyons les personnes qui ne croient pas en ce système se démenaient pour la sortir de là, en sachant que même si une preuve est apportée au public, rien ne garantis qu'ils votent pour que Martha vive. La fin risque d'en frustrer plus d'un. Pour la suite, l'auteure va pouvoir pousser encore plus ses réflexions sur le système mis en place et, je l'espère, mettre en avant des personnages qui sont restés dans l'ombre (Max, par exemple).

Annoncé comme un trilogie (en cours d'adaptation TV) Cell. 7 est une lecture qui ne laissera probablement personne indifférent. J'ai trouvé les idées et réflexions de l'auteure intéressantes, car elles nous poussent à nous poser également des questions. Cela reste, bien entendu, de la fiction (à partir de 14 ans). Ne vous arrêtez pas au fait qu'il est question de "téléréalité", si ce point vous pose problème, car ce n'est pas ce qui est le plus mis en avant dans cette histoire.

• • • • •

Est-ce que Cell. 7 est un livre qui vous tente ?
Avez-vous déjà lu des livres dans ce genre ?

24 sept. 2016

Ninn, tome 2 : Les grands lointains




- J'en ai marre !
Marre de ce bled infernal !
Marre des géants psychotiques !
Des monstres volants ! Des décharges !
Je veux rentrer chez moi !
Tu m'entends ?!... Chez moi !

- Ninn !... Tu es chez toi.


• • • • •
Ninn, tome 2 : Les grands lointains de Johan Pilet & Jean-Michel Darlot
Editions Kennes, 2016 - 64 pages - 14,95€
Fait partie de la saga Ninn : tome 1


Risque de spoiler, si vous n'avez pas lu le tome précédent.

Merci à Kennes éditions pour cet envoi. Le premier tome de Ninn fut un de mes plus beaux coups de cœur 2015. Je m'y suis d'ailleurs replongée avant d'entamer la suite et cela a été tout autant merveilleux, je vous le garantis. Dans "La Ligne Noire", Ninn était à la recherche de ses origines. Elle avait fini par apprendre que ces oncles l'avaient trouvé sur cette fameuse ligne et qu'elle était en réalité la gardienne des pensées perdues venant des Grands Lointains. Et, dans les dernières pages, elle débarquait, avec le tigre de papier, dans cet autre monde... pourchassée par les idées sombres.

Lorsque Ninn reprend connaissance, elle découvre enfin les Grands Lointains, mais la jeune fille déchante vite une fois attaquée par les géants de pierre. Le danger est partout et son retour n'est pas passé inaperçu. Elle doit pourtant réussir à atteindre le fanal, pour rétablir l'ordre, permettre aux pensées perdues de trouver le chemin des Grands Lointains.

L'histoire devient encore plus passionnante. J'ai particulièrement apprécié le musée des souvenirs et le lien qui s'est créé entre le tigre et Ninn. Nous en savons plus sur le rôle de gardien des pensées perdues et sur les Grands Lointains. Les illustrations sont toujours aussi belles et adaptées à l'histoire. Le fantastique prend le dessus et nous gardons un pied dans notre monde avec l'entourage de Ninn. Que ce soit au niveau de l'histoire ou des illustrations, tout est PARFAIT !

Une bande dessinée colorée et merveilleusement fantastique. Même si je n'en lis pas beaucoup, si je devais ne garder qu'une seule série de bande dessinée, ce serait sans hésiter celle-ci ♥ L'histoire est passionnante, inventive et poétique. Les illustrations sont magnifiques, les couleurs, les traits, etc. J'adore ! Encore un beau coup de cœur pour Ninn.

• • • • •

Avez-vous déjà découvert cette bande dessinée ?
Vous tente-t-elle ?

Livre coup de ♥

23 sept. 2016

Expérience Noa Torson, tome 3 : N'oublie pas


Fuir, c'est vivre. S'arrêter, c'est mourir.

Quatre. Ils ne sont plus que quatre : l'Armée de Persefone a été décimée. Noa, Peter et les autres sont traqués, dévastés, épuisés… Mais où qu'ils aillent, quoi qu'ils fassent, leurs ennemis parviennent toujours à les retrouver, et l'étau se resserre. Pourtant, ils n'abandonnent pas. Ils veulent affronter l'homme qui a créé le monstrueux Projet Perséphone.

Quitte à se jeter dans la gueule du loup.
Après tout, ils n'ont plus rien à perdre.


• • • • •
Expérience Noa Torson, tome 3 : N'oublie pas de Michelle Gagnon
Traduit par Julien Chèvre 
Editions Nathan, 2016 - ebook - 12,99€
Fait partie de la saga Expérience Noa Torson : tome 1 - tome 2


Risque de spoiler, si vous n'avez pas lu les tomes précédents.

Expérience Noa Torson est une excellente saga, pleine d’action. Les deux premiers tomes étant vraiment très bons, il était temps que je découvre enfin le fin mot de l’histoire. Et quel dernier tome ! La course poursuite continue et l’auteure nous a réservé pas mal de rebondissements, une bonne dose de révélations et une confrontation finale du tonnerre.

Nous retrouvons Peter, Teo, Daisy et Noa, en pleine fuite pour échapper aux hommes de Pike. Le but étant de voir ce que cachent les disques durs qu’ils lui ont volés, car avec tous les appuis qu’il a, ils ont intérêt à trouver des preuves solides. Mais, l’état de santé de Noa est de plus en plus préoccupant et c’est elle la principale cible de leurs poursuivants...

Dernier tome oblige, les ultimes révélations nous sont faites. L'’origine de la PEMA, qui est vraiment impliqué et jusqu’à quel point, si un remède est réellement sur le point d’être trouvé, etc. Pas une seule minute d’ennui auprès de Noa & co, qui essaient désespérément de sauver leur peau et celles des autres adolescents en danger. Tout y est ; un peu de romance, beaucoup de course poursuite, du danger et, surtout, des personnages très attachants et déterminés.

Noa Torson, une saga qu’il vous faut découvrir, si vous avez un faible pour l’informatique, les complots, les poursuites, etc. Une trilogie qui fut une très bonne surprise, je peux vous le dire. Ne passez pas à côté de cette histoire !

• • • • •

Avez-vous déjà découvert cette saga ?
Vous tente-t-elle ?

22 sept. 2016

Animale, tome 1 : La Malédiction de Boucle d'or


Et si le conte le plus innocent dissimulait
l’histoire d’amour la plus terrifiante ?

1832. Blonde, dix-sept ans, est cloîtrée depuis toujours dans un couvent perdu au cœur d’une forêt profonde. Pourquoi les sœurs l’obligent-elles à couvrir ses cheveux d’or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes sombres ? Qui sont ses parents, et que leur est-il arrivé ?

Alors qu’elle s’enfuit pour remonter le fil du passé, Blonde se découvre un versant obscur, une part animale : il y a au cœur de son histoire un terrible secret.


• • • • •
Animale, tome 1 : La Malédiction de Boucle d'or de Victor Dixen
Editions Gallimard (Pôle fiction), 2015 - 525 pages - 8,65€
Fait partie de la saga Animale : tome 0


Bien que Boucle d’or et les trois ours soit un conte que je n’ai pas relu depuis l’enfance, les souvenirs étaient encore là. Une jeune fille entre dans une maison où tout est en trois tailles différentes, elle teste tour à tour les chaises, les bols puis les lits, là où les trois ours la découvrent en rentrant chez eux… Ce sont des éléments que nous retrouvons dans ce premier tome d’Animale, sans oublier de découvrir ce qui a bien pu se passer ensuite.

Blonde, adolescente chétive et isolée, n’a connu que le couvent où elle a été laissée à l’âge d’un an. Un soir, elle rencontre un vieillard qui lui confie un dossier sur la disparition d’une certaine Gabrielle de Valrémy. Blonde plonge rapidement dans le récit de cette femme, qui a été portée disparue deux fois. Pourquoi ce vieil homme a tant insisté pour que Blonde lise ce dossier, quel lien a-t-il avec elle ? Peu à peu, Blonde, qui ne connaissait rien de ses origines, va comprendre ses propres comportements ; la colère qui lui noue l’estomac, le changement de couleur de ses yeux...

Le côté réécriture de conte, qui était le point qui m’intéressait le plus, ne m’a pas déçu. Comme dit plus haut, nous retrouvons les éléments basiques du conte de Boucle d’or et l’auteur a su l’amener à sa manière pour nous faire découvrir le "après". Un "après" fascinant. En parlant du conte, les extraits à chaque début de partie sont bien appréciables. Le fait d’avoir des révélations tout au long de l’histoire est également un point qui m’a plu. Grâce à cela, le rythme est maintenu, tout comme l’attention du lecteur. Bref, beaucoup beaucoup beaucoup de points positifs !
"Le conte de M. Robert Southey sera-t-il un jour publié ?
En fera-t-on un jour la lecture à de petits enfants pour les effrayer gentiment, avant de les rassurer en leur disant que tout cela n’est rien d’autre qu’une fable ?
Y aura-t-il quelqu’un alors pour se rappeler que les « trois ours » ont réellement vécu, et qu’ils n’étaient point des ours, ni des hommes, ni aucune créature connue des humains ?"

Blonde est un personnage que je n’imaginais absolument pas comme ça, à la base… Et qui m’a agréablement surprise. Ce personnage est complexe et se révèle à nous, au fur et à mesure qu’elle trouve sa place. Mais, en trouvant qui elle est, elle risque également de se perdre. Concernant les autres personnages, Gabrielle est forcément intéressante à suivre, même si je ne me suis pas spécialement attachée à elle. Suivre ses traces au côté de Blonde m’a plu. Quant à Gaspard,  c’est un personnage que j’ai appris à aimer au fil des pages. Au début, il me paraissait bien discret pour être à la hauteur de l’histoire de Blonde, finalement son comportement fait de lui un des points positifs du livre.

La malédiction de Boucle d’Or est une réécriture de conte sombre et originale. Avec une plume très entrainante et captivante, Victor Dixen nous fait découvrir l’histoire de Blonde, au 19e siècle, de la France au Danemark, en passant par l’Italie. À quand la suite en poche ? Ayant déjà lu la version originale de la Reine des Neiges, je suis prête à m’y mettre !

• • • • •

Avez-vous déjà découvert cette saga ?
Vous tente-t-elle ?

21 sept. 2016

Des cailloux à ma fenêtre

Deux jeunes filles s’imposent parmi les Résistants.

1940 : 128 hommes quittent l’île de Sein pour rejoindre le général de Gaulle. Marie a 16 ans et ne veut pas se résigner à attendre leur retour. Quelques cailloux à la fenêtre en pleine nuit et elle se retrouve avec son amie Yvette engagée dans un réseau de résistance. Elles aident à débarquer un agent de la France libre sur le continent puis quittent leur île pour Nantes où elles vont servir de couverture. Marie doit se faire passer pour la femme de Paul, dont elle va devoir partager le lit pendant un mois.

En parallèle, on suit le parcours de Jean sur un chasseur de sous-marins en Angleterre. Avec son meilleur ami, Pierre, ils vivent leurs premiers combats, entre peur et enthousiasme, jusqu’à ce que Jean tombe à l’eau lors d’une attaque.

• • • • •
Des cailloux à ma fenêtre de Jessie Magana
Editions Talents Hauts (Les Héroïques), 2016 - 160 pages - 14,00€


Merci aux éditions Talents Hauts pour cet envoi. "Les Héroïques" est une toute nouvelle collection, qui prend vie grâce à deux titres en ce mois de septembre ; Des cailloux à ma fenêtre de Jessie Magana (qui dirige également la collection, d'ailleurs) et Les mangues resteront vertes de Christophe Léon. C'est le premier cité que je vais donc chroniquer ici.
Présentation de la collection - "Les Héroïques, ce sont les femmes, au premier chef, mais aussi les enfants, les personnes handicapées, les immigrés, les colonisés... Ceux qui n’ont pas voix au chapitre dans les manuels d’histoire, dont on ne parle pas dans les médias, mais sans qui le monde ne serait pas ce qu’il est. Ce pourraient être nos grands-parents, nos parents. Ce pourrait être chacun d’entre nous.
Cette collection leur donne un nom, un visage, une voix."
Grâce à des personnages imaginés par l'auteure, dans un contexte historique réel, tout ce qui a été fait en arrière-plan des soldats montant au front, est mis en avant. Étant intéressée par les récits sur la Seconde Guerre mondiale et la résistance, c'est un livre qui m'a touché. L'île de Sein a effectivement dû se passer de la majorité de sa population masculine, suite à l'appel du général de Gaulle. Elle a même eu droit à la médaille de la Résistance française, en 1946.

Marie a déjà vu son frère partir à la guerre, maintenant c’est au tour de son père et du reste des hommes de l’île. Ne reste plus que les femmes et la vie doit continuer. La jeune fille se sent pourtant à l’étroit et impuissante face à ce qui arrive. Voir les soldats allemands dans les rues qu’elle parcoure depuis l’enfance, apprendre que son amie a perdu son père… L’occasion lui est donnée de montrer qu’elle peut aider, à son échelle, et elle ne va pas la laisser passer.

Le récit se déroule durant pratiquement toute la guerre, de 1940 (peu après l’appel de de Gaulle) à 1946. Grâce à Marie, nous (re)découvrons les actes des résistants et les dangers qu’ils ont courus, en connaissance de cause. Ainsi que le passage de l’adolescence à l’âge adulte, pour elle et son amie Yvette. Grâce à Jean, jeune homme partie en même temps que le père de Marie, nous découvrons l’attente et la peur, l’envie de prouver sa valeur, tout en redoutant ce qui l’attend.
« Agir, ne plus être une spectatrice qui se contente de collecter les évènements, de les voir à distance. Prendre ma part. J’ai été choisie par hasard, mais je jouerai mon rôle. Je ne sais pas où ça me mènera, mais ça m’emporte. Loin. » - Marie
Les parties sur Marie sont les plus touchantes, selon moi. La suivre donne une idée du sentiment qui a pu traverser bon nombre de femmes et d’adolescentes face au départ de leur mari/père/frère/fils. Ce sentiment d’impuissance et d’attente, de devoir continuer à faire vivre leur foyer en effectuant les petits gestes du quotidien, en ayant l’impression que ce n’est pas grand chose en comparaison de la guerre. Concernant les parties sur Jean, j’avoue qu’elle n’apporte finalement pas énormément à l’histoire. Peut-être est-ce dû au fait qu’elles sont bien moins nombreuses…

Des cailloux à ma fenêtre inaugure avec brio cette nouvelle collection « Les Héroïques », destinée aux adolescents dès 13 ans. Si la Seconde Guerre mondiale et la résistance sont des sujets qui vous intéressent, que vous êtes curieux d’en savoir plus sur Marie et Yvette, héroïnes de l’ombre, n’hésitez pas à découvrir ce livre.

• • • • •

Des cailloux à ma fenêtre vous tente ?
Que pensez-vous du concept de cette nouvelle collection "Les Héroïques" ?