L'étrange village de l'Arbre-Poulpe - Drôles de drones

20 août 2019

L'étrange village de l'Arbre-Poulpe - Drôles de drones de Séverine Vidal & Anne-Gaëlle Balpe
Couverture et intérieurs : Jess Pauwels - Éditions Rageot, 2019 - 181 pages - 11,90


Quatre amis, Pablo, le garçon qui vole, Arizona l’intrépide, Bat-Man et son inséparable chauve-souris et Naïma l’invisible, vivent dans le village de l’Arbre-Poulpe, un arbre magique qui a donné des pouvoirs à chacune de leur famille. Ils adorent se retrouver pour rigoler et pour déjouer les manigances des affreux Rageux, une bande d’abrutis qui essayent de voler des branches de l’Arbre-Poulpe.


: Pas un réel bémol, simplement, avec quelques années en moins, j'aurai encore plus aimé. 

 : Les quelques pages du début, pour présenter les personnages et l'Arbre-Poulpe.
L'originalité de l'idée de base, avec les familles et leur particularité. Ainsi que les Rageux.
Une chouette bande d'ami.e.s, prêts à tout pour sauver l'Arbre-Poulpe.


Merci aux Éditions Rageot pour cet envoi. Une histoire qui me semblait originale et entraînante, une superbe couverte argentée avec de beaux effets et des autrices que je suis ravie de relire... Il était impossible que je passe à côté de cette nouveauté jeunesse. Surtout que Séverine Vidal est l'autrice d'un de mes road trips préféré - Quelqu'un qu'on aime.

Dès le début, les autrices ont pris le temps de faire une présentation correcte des personnages et de l'univers, ce qui est top pour se lancer dans l'aventure avec toutes les cartes en mains. Parmi les autres points positifs, l'idée de base - avec l'Arbre-Poulpe, les familles et les particularités - est en très bonne place. Voilà de l'originalité ! Ensuite, l'histoire a un côté instructif quand il le faut. L'explication pour la catapulte, par exemple, ou quelques détails sur les oiseaux. Ce sont des petites attentions bienvenues et le jeune lecteur n'aura pas de mal à imaginer et visualiser le tout. Puis, les personnages sont une belle bande d'ami.e.s, avec chacun leur particularité. Pablo est le narrateur des deux histoires présentes dans ce premier tome. Le dernier point positif étant, bien sûr, qu'il y aura une suite !

Que ce soit dans Drôle de drones ou dans Horreur ! Des voleurs !, Pablo, Bat-Man, Naïma et Arizona sont bien décidés à sauver l'Arbre-Poulpe, au cœur de leur village, des manigances des Rageux. Ces derniers fomentent plan sur plan pour essayer d'en voler des fleurs ou des branches. Heureusement, ils ont chacun une particularité qui va pouvoir leur être utile pour contrecarrer ces attaques !

"À nous quatre, on forme la bande parfaite : Ari pour l'énergie et les gros mots, Bat-Man pour le calme et la réflexion, Naïma pour l'observation et la discrétion, et moi... Moi, pour... le bricolage et l'esprit d'équipe !" - Pablo
Finalement, le seul bémol, c'est mon grand âge hein... À n'en pas douter, j'aurai encore davantage apprécié cette lecture avec une dizaine vingtaine d'années en moins. Étant une grande nostalgique du Club des cinq, quand il s'agit de suivre des ami.e.s plein d'imagination et aimant résoudre mystères et enquêtes, je ne boude jamais mon plaisir !


En quelques mots...
Arbre-Poulpe | Famille | Particularités | Ami.e.s | Rageux | Attaques

En librairie le 21 août !

La Tour Sombre, tome 1 : Le Pistolero

18 août 2019






Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d’un monde dont il cherche à inverser la destruction programmée, doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux…



• • • • •
La Tour Sombre, tome 1 : Le Pistolero de Stephen King
Titre original : The Dark Tower: The Gunslinger
Traduit par Marie de Prémonville & Yves Sarda
Editions J'ai Lu (Fantastique), 2017 - 378 pages - 7,80€
Fait partie de la saga La Tour Sombre


: Parfois un peu paumée. Hâte de mieux connaître l'univers.

 : Un mélange des genres réussi.
Une histoire qui nous entraîne sur les traces de l'homme en noir, au côté du Pistolero.
La quête de la Tour Sombre démarre et semble déjà réserver du bon pour la suite.


La Tour Sombre fait partie des classiques de Stephen King. Une de ses œuvres les plus appréciées et conseillées, bien que différentes de ces autres romans. Elle a failli ne jamais connaître de fin, l'auteur ayant eu un grave accident de la route avant d'en avoir écrit les derniers tomes. Dans cette édition, S. King a apporté des corrections et améliorations au texte, pour plus de cohérences avec les tomes suivants. Nous y trouvons également Les petites sœurs d'Elurie.
"À part lui, ils étaient tous morts. Le monde avait changé. 
Le Pistolero balança ses armes par-dessus son épaule et changea encore une fois de décor."
Une certaine langueur nous accompagne pendant une partie de la lecture. Une langueur qui colle au genre de l'histoire, à cette avancée dans le désert. Un désert qui se joue du temps et de la mémoire. Nous avons une sorte de récit à tiroirs, où le Pistolero raconte son périple à certains personnages et où eux, ou d'autres, lui racontent leur rencontre avec l'homme en noir, qu'il poursuit depuis deux mois. Au fil des chapitres, des brides du passé de Roland nous sont dévoilés et, ainsi, nous comprenons mieux les liens qu'il entretenait avec des personnes qu'il cite à plusieurs reprises.
"Ce garçon est ta porte vers l'homme en noir. L'homme en noir est ta porte vers les trois. Les trois sont ta voie vers la Tour Sombre."
Cet étrange premier tome m'a plu, avec son mélange des genres, qui déstabilise autant qu'il accroche le lecteur. Stephen King le dit lui-même, il avait envie d'écrire un roman qui combine l'idée de quête et la magie de Tolkien, mais sur fond de western majestueux jusqu'à l'absurde, à la Sergio Leone. Il est intéressant d'essayer de grappiller des indices sur l'époque et les lieux. Le Pistolero semble bien perplexe lorsque certains personnages évoquent des faits propres à notre monde actuel, mais il est aussi mentionné que ses lointains aïeux ont vaincu le cancer, par exemple. J'ai tourné la dernière page, des questions plein la tête et la curiosité de lire les tomes suivants. Un peu paumée, oui, mais avec la sensation d'avoir été embarquée dans un univers riche et qui va me réserver encore de nombreuses surprises !


En quelques mots...
Pistolero | Homme en noir | Désert | Quête | Temps | Passé | Tour

[Relecture] La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver

15 août 2019


Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d'une grande saga fantastique et le talent d'un nouvel auteur à l'imaginaire saisissant.


• • • • •
La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos
Éditions Gallimard (Jeunesse), 2013 - 528 pages - 18
Fait partie de la saga La Passe-miroir


: Les quelques lenteurs du début.

 : Les dons d'Ophélie ; liseuse et passe-miroir.
Les personnages secondaires, dans la deuxième partie.
L'univers original et tellement vivant ♥


Le quatrième tome sortant fin novembre, il était temps de commencer la relecture des trois premiers pour avoir tous les éléments de l'histoire et de l'univers en tête, à nouveau, histoire de savourer convenablement la fin !
"Quand Dieu était content, il écrivait. Quand Dieu était en colère, il écrivait. Et un jour, où Dieu se sentait de très mauvaise humeur, il a fait une énorme bêtise.
Dieu a brisé le monde en morceaux."
Les Doyennes en ont décidé ainsi ; la maladroite et timide Ophélie sera la fiancée du taciturne et très grand Thorn. Qui n'hésite d'ailleurs pas à la mettre en garde, à la limite de la menace, sur son espérance de vie en le suivant. Plus je vous observe, plus je suis conforté dans ma première impression, maugréa-t-il. Trop chétive, trop engourdie, trop choyée... Vous n'êtes pas forgée pour l'endroit où je vous emmène. Si vous me suivez, vous ne passerez pas l'hiver. À vous de voir. C'est que le Pôle est bien différent d'Anima, que ce soit le mode de vie ou les pouvoirs des gens.

Obligées de rester discrètes et planquées chez Berenilde, la tante de Thorn, à cause des intrigues de la cour, Ophélie et sa marraine Roseline prennent leur mal en patience et essaient de grappiller des informations utiles pour la suite. Avec son don de passe-miroir, la jeune femme s'essaie toutefois à quelques expéditions clandestines. Histoire d'enfin voir ce que la Citacielle a dans le ventre. À ses risques et périls ! Son fiancé ne semble pas être tellement apprécié...
"Sur Anima, Ophélie ne s'intéressait qu'à son musée. Elle était devenue aujourd'hui, par la force des choses, plus curieuse des autres. Elle éprouvait le besoin de se chercher des points d'appui, des personnes honnêtes qui ne la trahiraient pas pour des rivalités de clans. Elle refusait de ne dépendre que de Thorn et Berenilde. Ophélie voulait se forger sa propre opinion, faire ses choix personnels, exister par elle-même."
Avec La Passe-miroir, Christelle Dabos a su combiner un univers fantasy riche et original - rendant les lieux et les objets si vivants, des personnages aux caractères bien trempés et une intrigue qui nous emporte au côté d'Ophélie, à la découverte du Pôle. Et puis, elle nous laisse avec pas mal d’interrogations sur la fin de l'ancien monde, la Déchirure.
"Quand les illusions disparaissent, seule demeure la vérité."
Comme à la première lecture, les dons d'Ophélie, et ce qu'ils impliquent, font partie des choses que j'aime le plus dans cette saga. Les points cités au-dessus contribuent également à me faire aimer cette histoire et à prendre plaisir à la redécouvrir, en attendant la sortie de la fin. Cependant, et c'est sûrement dû à la relecture justement, je l'ai trouvé un peu en deçà. Disons que j'ai mis 17 au lieu de 18 sur Livraddict, pour vous donner une idée. Peut-être est-ce dû à la "lenteur" du début, en sachant que la suite réservait de belles surprises, des révélations et de l'action... Enfin bon, rien de bien dramatique quand je vois à quelle vitesse j'ai encore dévoré ce début de saga ! Plus qu'à relire la suite.


En quelques mots...
Anima | Pôle | Citacielle | Cour | Fiancés | Secrets | Miroirs | Déchirure

Le puits

13 août 2019

Vingt ans après que la reine du bal Cassie Kennedy fut brutalement assassinée, six adolescents entrèrent dans la maison où elle fut tuée pour y passer une soirée inoubliable. Haven sait que sa cousine Elise est effrayée, mais il est prêt à supporter n’importe quel farce si cela lui permet de passer quelques heures avec le nouveau garçon de la ville, Pierce Hunter.

Mais au petit matin, Elise est portée disparue, sans avoir laissé de traces.

Douze ans plus tard, Pierce et son frère jumeau Jordan sont des enquêteurs paranormaux professionnels, tenant leur propre émission télé de chasse aux fantômes. Lorsque Pierce appelle Haven, insistant pour qu’ils retournent une dernière fois à la maison supposée hantée, Haven accepte à contrecœur. Il est nerveux de revoir Pierce, mais il est déterminé à obtenir des réponses à ses questions. Ont-ils vraiment parlé au fantôme de Cassie cette nuit-là ? Qu’est-il arrivé à Elise ? Et le plus grand mystère de tous – comment a-t-elle connu le secret du puits  ?

• • • • •
Le puits de Marie Sexton
Titre original : The Well - Traduit par Delphine Desusclade
Éditions MxM Bookmark (Mystère), 2017 - ebook - 5,99


: Les aller-retours, au début, cassent un peu trop l'ambiance.

 : Des frissons, de la romance, du surnaturel, un mystère.
Une histoire se déroulant entre passé et présent.
Des personnages attachants.


Le mois dernier, j'ai lu mon premier roman des Éditions MxM Bookmark ; Ouvrir les yeux de Marc Gardner, une romance que je vous conseille. Cette fois-ci, c'est un thriller avec une touche de romance, que j'ai lu (également un craquage lors de l'opération OP All Stars 2019) ; Le puits de Marie Sexton. Étant friande de films d'horreur et thrillers, il m'a tenté.

Haven, Elise, Linsey, Craig, Pierce et Jordan partent à la maison des Gustafson, soit-disant hantée par une adolescente assassinée des années plus tôt et par son meurtrier. Une fois sur place, Haven le sait, sa cousine Elise a forcément manigancé des choses pour leur faire peur. Elle qui aime tant cela... Quoi de mieux qu'une séance de spiritisme ?
"Il était sûr que cette nuit-là allait changer le cours de son existence. 
Des années plus tard, il regarderait en arrière et s'émerveillerait de cette certitude. Il avait raison. Cette nuit avait bel et bien changé sa vie. Mais pas de la façon dont il l'avait espéré."
Parlons du seul bémol et passons aux points positifs ! Au début, les aller-retours, entre passé et présent, m'ont donné le sentiment d'être trop brut, de casser le rythme et l'intensité du moment. Surtout au moment où Haven et les autres sont adolescents et arrivent à la maison, les moments où Elise fait tout pour les faire flipper. Mais, c'est surtout au début.

Un roman que j'ai beaucoup apprécié, il s'est révélé être comme je l'attendais. Une histoire frissonnante, une touche de surnaturel, un mystère à résoudre et une petite romance ("petite" car elle n'est pas au premier plan, mais elle est très chouette). Bref, tout à fait ce que je voulais, à ce moment-là, comme lecture. L'autrice nous fait aller de la première découverte de la maison par Haven et ses ami.e.s, lorsqu'ils étaient adolescents et qu'Elise a disparu, à douze ans plus tard. Les jumeaux, Pierce et Jordan ont désormais une émission sur le paranormal et sont décidés à revenir dans cette maison qui a changé leur vie. Haven se joint à eux, espérant enfin comprendre ce qui est arrivé à sa cousine. L'ambiance est bien posée, l'écriture est efficace, l'histoire est prenante et les personnages sont attachants. Et, la fin m'a vraiment plu. Aussi bien pour le dénouement des faits, même si ça reste du classique, que pour les sentiments mis en avant.


En quelques mots...
Hobbsburg, Pennsylvanie | Maison hantée | Adolescents | Séance spiritisme | Disparition | Puits | Enquête

Moon Brothers

11 août 2019






Joe Moon a dix-sept ans. Il vient de quitter New York pour aller vivre un temps au Texas. Son frère aîné, Ed, est en prison là-bas. Jugé coupable du meurtre d’un policier, il attend son exécution dans le couloir de la mort. Or, la date approche. Alors Joe veut être là, aider son frère à affronter ces dernières semaines. Car sinon, Ed sera tout seul. Mais voilà qu'un nouvel avocat reprend la défense du condamné... et il a l'air d'y croire. Joe osera-t-il espérer encore ?


• • • • •
Moon Brothers de Sarah Crossan
Titre original : Moorise - Traduit par Clémentine Beauvais
Éditions Rageot, 2019 - 384 pages - 15,90€


: /

 : Se laisser emporter par les vers libres, la plume de l'autrice ♥
Un sujet délicat, touchant, triste. Une histoire qui l'est tout autant.
Le message que fait passer l'autrice sur la peine de mort.


Merci aux Éditions Rageot pour cet envoi. Après avoir parlé de sœurs siamoises dans Inséparables et d’immigration dans Swimming Pool, Sarah Crossan évoque la prison et la peine de mort avec Moon Brothers. Toujours de manière poétique, en vers. Poétique, malgré les moments difficiles, tristes. Poétique aussi dans ces moments, justement. La solitude de Joe, l'attente de l'exécution d'Ed, les espoirs restants, les moments partagés avec leur sœur Angela.

Moon Brothers est dans ma PAL depuis déjà plusieurs semaines et c'est limite si je ne l'ai pas planqué pour ne pas me jeter dessus trop tôt ! Du coup, j'ai décidé de vous en parler un mois avant sa sortie, pour rester raisonnable... 
"Les murs de béton m'oppressent, 
mes poumons se contractent. 
Un autre portail 
s'ouvre, se referme, 
       encore un clang, encore un bang, 
       encore ce fer qui crisse et grince."
Lire un roman en vers nous accroche, encore davantage que toute autre narration, dans le rythme imposé par l'autrice. Et, Sarah Crossan semble désormais experte en la matière ! J'aime le fait qu'elle arrive à y aborder des sujets aussi différents, aussi compliqués, sans mettre de côté ni les bons moments, ni les plus mauvais. Se jeter dans un de ses livres - se jeter, oui -, c'est s'installer pour quelques heures sans pouvoir lâcher les personnages. Emportés par les phrases, nous suivons Joe, dans sa solitude forcée, qui le pousse à une sorte d'introspection. Se raccrochant au fait qu'Ed lui a toujours assuré être innocent, il se remémore l'avant, pas forcément plus tendre, au côté de leur mère borderline. L'après, rempli d'incertitude, ce coup de fil qui a fait basculer la famille. Cette arrestation et les dix ans qui ont suivi. Durant lesquelles Joe n'a pas vu Ed. Rythmées par les nouvelles de la prison et la discipline de Tante Karen. Et puis, le présent. Joe qui débarque au Texas pour répondre à la demande de son frère, quelques semaines avant son exécution.
       "[...] je veux avoir dix-sept ans, pas ces obligations 
       d'adulte, raisonnable et austère. [...]"
L'autrice parle de la peine de mort, de la famille de la victime, mais surtout de Joe - la famille du coupable. Un point de vue rarement mis en avant, victime également. Ce mélange entre passé et présent ; le lien entre Ed, Joe et Angela ; la vie de famille ; les questions judiciaires ; l'histoire en vers, font de Moon Brothers un roman touchant et triste...

Un sujet dur et compliqué, un message à faire passer. Autant vous dire que cette lecture rend aussi triste qu'en colère et que j'avais bien besoin d'un mouchoir en tournant la dernière page. Notez sa date de sortie dans votre agenda !


En quelques mots...
États-Unis | Texas | Frères | Prison | Exécution | Vie de famille | Vers libre

En librairie le 11 septembre !