Le miroir se brisa & Némésis

25 juin 2019


"- Oh ! Heather Badcock était tout à fait charmante. Trop même, d'après certains. Elle se mêlait de tout, paraît-il. Toujours est-il qu'elle est morte.
- Morte, mais de quoi ?
- Ça !... On l'avait invitée à entrer dans la maison, en tant que secrétaire de l'association de St-John, je suppose. Elle, le mari et pas mal d'autres. D'après ce que j'ai entendu dire, elle a bu un verre de je ne sais trop quoi et, cinq minutes après, s'est trouvée mal et est morte avant qu'on ne puisse faire le moindre geste.
- Quelle histoire ! dit Miss Marple. Était-elle cardiaque ?
- Solide comme un roc, à ce qu'on dit..."

 • • • • •
Le miroir se brisa & Némésis de Agatha Christie
Titres originaux : The Mirror Crack'd from Side to Side & Nemesis
Traduit par Henri Thiès & Jean-André Rey
Editions France Loisirs, 1998 - 439 pages



: Avoir regroupé ces deux romans dans un même livre, alors qu'ils ne se suivent pas.

 : Miss Marple est un personnage sympathique et très attachant.
Retrouver des personnages déjà croisés dans d'autres romans de l'autrice.
Des enquêtes agréables à suivre. Des coupables que je n'avais pas trouvés.


Il faut croire que lire Dix de Marine Carteron (inspiré de Dix petits nègres) m'a donné envie de sortir un Agatha Christie de ma PAL ! Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Simplement pour le plaisir de retrouver miss Marple, bien sûr.

Le miroir se brisa - Parmi les personnages secondaires, nous trouvons Mrs Bantry. Cette dernière est un des personnages centraux du roman Un cadavre dans la bibliothèque, que je vous conseille de lire avant Un miroir se brisa.

Miss Marple semble bien mélancolique, se souvenant d'anciens habitants de St-Mary Mead, de ses anciennes bonnes, etc. Elle constate les changements du village. Le médecin est clair, résoudre un meurtre lui ferait le plus grand bien ! En voici un. Heather Badcock est morte lors d'une réception que donnaient les nouveaux propriétaires de Gossington Hall.

Miss Marple est toujours un personnage sympathique, attachant et débrouillard. Et, l'autrice sait toujours aussi bien y faire pour nous pondre des dénouements qu'on ne voit pas venir. Ce fut, comme souvent, une enquête agréable à suivre.

Némésis - Cette fois-ci, l'intrigue est liée à un des personnages du roman Le major parlait trop. Qu'il vaut mieux lire avant Némésis. Contactée par le notaire, miss Marple apprend que Mr Rafiel, avec qui elle a fait équipe précédemment, est décédé et lui a laissé d'étranges instructions sur une affaire sans pour autant lui en donner les détails.
"La vieille demoiselle s'interrogea avec humilité. Elle était curieuse, elle posait des tas de questions, c'était un fait. Pour ce genre de chose, on pouvait certes faire appel à un détective privé, mais rien ne valait une vieille fille ayant l'habitude de bavarder et de fouiner."
Sans savoir le pourquoi de cette enquête, miss Marple ne peut que suivre les pistes que Mr Rafiel a fait en sorte de lui laisser. Là voilà embarquée dans un voyage touristique, à la découverte du passé de cet homme qu'elle a si peu connu.

---

Comme d'habitude, je me demande bien pourquoi deux romans qui ne se "suivent" pas sont regroupés ensemble. Bref, encore deux bonnes lectures. Il a été chouette de retrouver des personnages déjà croisés dans d'autres romans.


En quelques mots...
Miss Marple | St-Mary Mead | Vieilles connaissances | Enquêtes

5000 km entre nous

23 juin 2019

Ava Helmer 
à Jenny

Chère Meilleure Amie,
C’est le cœur lourd que je t’écris le premier de ce qui sera, j’imagine, une longue série d’e-mails détaillant chaque seconde de nos vies d’étudiantes. Grandis ! Épanouis-toi ! Expérimente des choses pour que je n’aie pas à le faire.
Tu vas me manquer chaque seconde de chaque jour. Je sais déjà que je vais détester tout le monde sauf toi.

Ava Helmer (cette petite brune qui ne te lâche jamais)


Jenny Goldman 
à Ava

On est encore dans la même pièce, espèce de cinglée. Arrête de pleurer.

J. (la blonde hyper embarrassée par les grandes scènes d’émotion)

• • • • •
5000 km entre nous de Gaby Dunn & Allison Raskin
Titre original : I Hate Everyone But You
Traduit par Alice Marchand
Éditions Flammarion, 2019 - 368 pages - 16


: /

: Un roman épistolaire fait d'e-mails et de SMS.
Les sujets abordés. Des problèmes de famille à la vie étudiante, la sexualité, etc.
Deux meilleures amies qui se soutiennent, rigolent, s'engueulent.


Merci aux Éditions Flammarion pour cet envoi. 5000 km entre nous est un roman épistolaire se composant des échanges d'e-mails et de SMS de deux meilleures amies ; Ava et Jenny, qui font leurs études à 5000 km l'une de l'autre.

Des échanges encourageants, drôles, attachants, touchants. J'ai rigolé - pas seulement souri - plus d'une fois. Ça roule, ma poule ? Cela m'a rappelé l'amitié déjantée des filles du film Booksmart d'Olivia Wilde. Impossible de s'ennuyer avec elle. Grâce aux échanges d'e-mails et de SMS, nous les voyons évoluer loin physiquement, mais toujours soudées, prêtes à s'encourager et se soutenir. C'est frais, plaisant et plein de peps. Surtout que les sujets abordés sont intéressants et collent à ce qui se passe dans la tête de jeunes femmes de cet âge. Cette sorte d'entre deux, entre l'adolescence et l'âge adulte. Que ce soit le "simple" fait de grandir et apprendre à connaître de nouvelles personnes, suivre sa voie (études de journalisme pour l'une, future écrivaine pour l'autre), ou se laisser porter par ses envies et ses sentiments, etc.


Études obligent, ce roman n'est pas exempt de références à l'actualité, plus ou moins récente, et aux films. Ça parle aussi de sexualité, de féminisme, de confiance en soi, de doutes, d'incertitudes, de problèmes familiaux, etc. Les autrices font même un clin d’œil à leur chaîne YouTube Just Between Us. J'ai beaucoup aimé Jenny et Ava, leur amitié, leurs engueulades, leur lien. La suite sortira en juillet, en VO, et je croise les doigts pour qu'elle voie également le jour en VF !


En quelques mots...
Meilleures amies | Études | Boston | Los Angeles | Mails-SMS

Dix

21 juin 2019







Ils sont dix. Sept adolescents et trois adultes, sélectionnés pour participer à un escape game littéraire et passer à la télévision en prime time. Direction : un manoir sur une île coupée du reste du monde. Un endroit si isolé que personne ne vous entendra crier, gémir ou appeler à l'aide. Et quand la mort décide de frapper les candidats un par un, une seule question : qui est le coupable ? un seul but : survivre !



• • • • •
Dix de Marine Carteron
Éditions du Rouergue (doAdo Noir), 2019 - 304 pages - 14,80€


: Manque de suspense sur la raison de leur présence sur l'île.

: Un huis clos plus qu'efficace !
Clin d’œil à Agatha Christie, aux contes, à la mythologie.
L'écriture de l'autrice, qui nous embarque dans ce roman noir.


Merci aux Éditions du Rouergue pour cet envoi. Découvert grâce à l'avis d'Agathe, ce roman m'a tenté pour plusieurs raisons. D'abord, l'évident clin d’œil à Dix petits nègres d'Agatha Christie, un classique plus qu'efficace. Ensuite, je voulais lire l'autrice, Marine Carteron, depuis un bout de temps. Ses sagas Génération K et Les Autodafeurs ont l'air intéressantes. Enfin, le concept d'escape game littéraire donne, à lui seul, très envie d'embarquer dans l'aventure !
"L'île était maintenant sur leur gauche. De près, elle semblait encore plus inhospitalière. Les falaises, sombres, tombaient à pic dans l'océan. Çà et là, on distinguait des sortes de grottes, creusées dans la roche mais totalement inaccessibles."
Ils se connaissent tous plus ou moins. Savent même quelques sombres secrets, ont connaissance de certaines rumeurs, sur les uns ou les autres. Alors, lorsqu'ils partent pour une destination inconnue, avec pour but de participer à une émission de téléréalité ayant pour concept un escape game littéraire, chacun essaie de voir qui pourrait être un bon allié pour avancer. Mais, très vite, les choses dérapent et la tempête annoncée ne va rien arranger...

Pour moi, le morceau est lâché trop vite sur le pourquoi de leur présence sur l'île. C'est le seul petit bémol, qui enlève un peu de suspense et de tension. Reste à savoir qui est derrière tout cela. Et, là, le suspense et la tension sont bien présents. Une île. Un huis clos. Une impitoyable et sanglante vengeance. Les personnages sont clichés et c'est assumé complètement. D'ailleurs, c'est un mal pour un bien. De cette façon, il est facile de se souvenir qui est qui. Et, même si on ne s'attache pas réellement à eux, ça ne rend pas ce qui leur arrive plus facile à supporter. Âmes sensibles s'abstenir.

"Personne ne leur avait donné l'ordre de se réunir ; personne ne l'avait même suggéré. Pourtant, comme un troupeau effrayé par les loups, les habitants du manoir avaient ressenti le besoin de se regrouper. Quelque chose de l'ordre du grégaire, de l'instinct de survie. Et puis, s'ils restaient ensemble, ils pourraient se surveiller mutuellement."
En bref, merci à Agathe pour la découverte et aux Éditions du Rouergue qui ont accepté de m'en envoyer un exemplaire. Ce fut une lecture à la hauteur de mes attentes. Un huis-clos prenant, une idée de base bien exécutée, une écriture agréable, un rythme efficace. Les références aux contes et à la mythologie apportant un joli plus au tout.


En quelques mots...
Institution Sainte-Scholastique | Téléréalité | Adolescents | Escape Game littéraire | Île | Vengeance

Fées, weed et guillotines – Petite fantaisie pleine d'urbanité

19 juin 2019




Qui est cette drôlesse qui débarque un beau jour dans le bureau de Marc-Aurèle Abdaloff et lui demande de localiser une fille, sans autre indice qu’« un sourire malicieux » ? Retrouver les gens, c’est sa spécialité, mais là, c’est un peu maigre. Et il n’est pas au bout de ses surprises : la péronnelle en fuite semble avoir le double talent de se promener dans le temps et de foutre le bordel partout où elle passe. Sauf qu’à trop fouiller dans les arcanes du passé et de la féerie, on finit par mettre le doigt sur une conspiration qui dépasse de loin les compétences d’un détective privé... et même celles d’une fée !



• • • • •
Fées, weed et guillotines Petite fantaisie pleine d'urbanité
de Karim Berrouka - Éditions J'ai Lu, 2018 - 383 pages - 8



: Un peu frustrée par la fin.

: Un thriller fantastique. Humour, gros mots à gogo, Histoire.
Toute l'estime que les fées ont pour les humains... ou pas.
Les personnages ; Jaspucine, Marc-Aurèle, Etienne, etc.


Quand j'ai trouvé ce livre d'occasion, le titre me disait quelque chose et, effectivement, Lupa en a fait une chronique qui m'avait donné très envie de le découvrir. Ayant envie d'un truc décalé, un peu barge... Ce fut le choix idéal !

L'humour réside dans tous ces petits moments où Jaspucine se trouve confronter à la modernité et la façon de penser des humains. Il se retrouve également dans les échanges entre elle et Marc-Aurèle. Le détective privé essaye d'avancer dans son enquête, dans une aura de mystère permanente, Jaspucine rechignant à lui révéler ce qu'elle est et sait.
"Marc-Aurèle fixe sa cliente dans le blanc des yeux. Quel bordel, cette affaire... Il voudrait adopter une attitude plus froide, affirmer d'un ton péremptoire qu'elle ne l'aide pas, l'agace, que, merde, il devait retrouver une gonzesse, pas être impliqué dans une affaire complètement tarabiscotée où l'absurde tient le rôle de faire-valoir de l'invraisemblable. Mais ce ne serait qu'un rôle de composition. Car, intérieurement, il jubile. Plus ça se complique, plus il exulte."
Un sourire à l'air sadique... ou malicieux. Voilà ce que doit chercher Marc-Aurèle, d'après l'insolite demande de Jaspucine. Mais, il va bien vite se retrouver embarqué dans une affaire encore plus dingue que ça. En compagnie de Jaspucine, il va, entre autres, partir sur les traces d'un étrange préadolescent qui tenait enfermées trois vieilles dames...

Alors, oui, le ton de l'auteur est un gros point positif si, comme moi, vous cherchez un livre un peu barré. Un thriller fantastique, plein d'humour et au langage fleuri. L'écriture donc, les personnages ensuite. Que ce soit Jaspucine, Marc-Aurèle ou les autres, plus ou moins importants, qui croisent notre route, ils sont intéressants et ne vous laisseront pas indifférent. Et puis, les titres des chapitres sont originaux (le lendemain, Jaspucine s'adapte au monde, mais le monde ne fait guère d'efforts pour s'adapter à Jaspucine / il est bizarre / ils sont quatre et s'en vont d'un pas motivé, battre la campagne et le nuiton buter, etc.), l'enquête est prenante et on se pose autant de questions que Marc-Aurèle.


En quelques mots...
Paris | Détective privé | Fées | Révolution | Recherche | Missions

Héros 2/2 : Générations

17 juin 2019

Risque de spoiler, si vous n'avez pas lu le tome précédent.

Six mois ont passé.

Alors que Richard a disparu dans la dimension de Kraalnazgarath, Matéo a repris le quotidien... à ceci près qu’il a perdu toute inspiration pour le dessin. José, lui, voit sa communauté de followers grandir sur Youtube Les deux copains gardent leurs distances.

L’arrivée à Sainte-Forge de Manon, une adolescente mystérieuse, pourchassée par le Triumvirat et dotée des pouvoirs de Héros, fait basculer ce fragile équilibre...

• • • • •
Héros 2/2 : Générations de Benoît Minville
Éditions Sarbacane, 2019 - 273 pages - 17€
Fait partie de la saga Héros : tome 1



: Shaïna est beaucoup mise de côté.

: Les personnages. La manière dont ils réagissent et essaient d'avancer.
L'univers. La menace du Réveil de Cthulhu. La fin.
L'écriture de l'auteur.


Merci aux Éditions Sarbacane pour cet envoi. Le premier tome m'avait beaucoup plu, même si j'avais eu du mal à entrer dans l'histoire. Celle-ci s'était faite de plus en plus prenante et passionnante au fil des pages. Place à la suite !

José voit débarquer une fille étrange qui souhaite absolument mettre la main sur le tome 2 d'Héritier. Alors que lui et ses amis n'ont jamais pu finir le premier... Pourquoi cette fille sortie de nulle part semble tant liée à leur histoire ?
"En entrant dans l'univers surnaturel de Héros, leurs vies n'avaient pas simplement été chamboulées, on leur avait volé leur innocence..."
Le travail fait sur les personnages est intéressant, dans cette suite et fin. Les conséquences de ce qu'ils ont vécu, ce moment de suspens qu'ils vivent, l'appréhension pour la suite. Tout cela les travaille beaucoup. José est indéniablement un élément fort de cette duologie. Impossible de résister à son caractère et à ses répartis... pas si à côté de la plaque que ça, finalement. Bien entendu, l'univers est un autre gros plus. Amorcé dans le premier tome, le combat contre le culte des Grands Anciens est loin d'être terminé. José, Matéo & co devront tout faire pour éviter le Réveil de Cthulhu.

Un duologie à l'univers particulier, qui plaira aux fans de Lovecraft (ce que je ne suis pas, mais j'aime bien me contredire moi-même ^^). L'écriture de l'auteur nous embarque toujours aussi facilement, dans cet univers pourtant pas si facile. Et puis, le mélange de moments forts et difficiles à ceux plus banals me plaît toujours autant. Oui, les personnages doivent affronter des choses terrifiantes, mais on sourit aussi, en lisant ces livres. Souvent à cause grâce à José, d'ailleurs...


En quelques mots...
Sainte-Forge | BD | Héros | Amitié | Pouvoirs | Grands Anciens